Disparues il y a 30 ans, les salles obscures pourraient faire leur retour à Anderlecht

Un cinéma d'une dizaine de salles. Des grosses productions mais aussi du cinéma d'Art et d'Essai. L'idée est plutôt bien accueillie par la commune d'Anderlecht. "A priori, nous sommes évidemment positifs, commente Gaëtan Van Goidsenhoven (premier échevin, en charge de l'Urbanisme). Cela fait maintenant une bonne trentaine d’années, bientôt quarante ans qu’il y n’y a plus de cinéma à Anderlecht. Ce serait un vrai plus. Cela devrait créer de l’emploi, cela participerait à la redynamisation du centre de la commune et de ce nouveau quartier en devenir. Bien entendu, maintenant il faut - comme dans tout projet-  un examen approfondi du dossier."

Car, pour l'instant, il n'y a rien d'officiel. Simplement des discussions entre la société Ciné-Invest et les élus. Des élus qui comptent tout de même poser quelques conditions au projet. "Notre volonté est que ce bâtiment soit bien intégré dans son environnement et soit bien pensé, relaie le premier échevin. Et que, bien entendu, ce soit une plus-value pour la commune et pour tous ceux qui pourraient un jour en être les utilisateurs."

Luc Van De Casseye est le directeur général de Ciné-Invest. Pour lui, Anderlecht est le bon endroit pour un tel projet.  "C’est quand-même une ville assez grande, Anderlecht. Il y a une population jeune. La région d’Anderlecht et les communes autour draineraient quand même une population pour un cinéma pareil."

La demande de permis devrait être déposée dans les six mois. Et si tout va bien, le cinéma ouvrira ses portes dans un peu plus d'un an.

Barbara Schaal

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK