Disparitions, bagarres et meurtres dans le Carré de Liège : qu’en est-il vraiment ?

Faut-il avoir peur de sortir dans le Carré, le quartier festif du centre de Liège ? Au début du mois d’octobre, une série d’enlèvements, suivis de vols avec violence, ont eu lieu dans le Carré. Des faits choquants, dont certains se sont emparés pour créer un vent de panique. Cependant, certains faits ont été inventés de toutes pièces, d’autres ont été exagérés sur les réseaux sociaux. Si des faits graves se sont bien déroulés ces dernières semaines, l’exagération de ceux-ci participe à un climat d’insécurité.

Sur les réseaux sociaux, des messages alarmistes circulent parmi les jeunes liégeois. Dans ceux-ci, la situation dans le Carré semble particulièrement dangereuse. La police et le parquet de Liège nous ont permis de faire la part des choses, chiffres à l’appui.


►►► Cet article n’est pas un article comme les autres, il fait partie du projet de fact-checking "Faky". Pour en savoir plus sur Faky et le travail de fact-checking à la RTBF, cliquez ici.


Voilà un exemple de publication, largement partagée ces derniers jours sur Facebook, parmi les étudiants liégeois.

2 images
Cette publication, en grande partie fausse, circule sur les réseaux sociaux. © Tous droits réservés

Y a-t-il eu neuf disparitions dont trois personnes non retrouvées actuellement ?

  • EN PARTIE VRAI : il y a en réalité eu six enlèvements et deux tentatives d’enlèvement. Toutes les victimes ont été retrouvées.

Il y a bien eu une série d’enlèvements dans le Carré, au début du mois d’octobre. Des individus à bord d’une Volkswagen Polo noire s’en prenaient à des jeunes qui revenaient du carré, seuls ou à deux. Les victimes étaient souvent alcoolisées. Les malfrats les forçaient à entrer dans leur voiture. Ils extorquaient à leurs victimes leurs objets de valeur, avant de les abandonner à Seraing.

Les victimes qui refusaient de collaborer étaient passées à tabac, certaines ont été menacées d’une arme blanche. Au total, six enlèvements ont eu lieu, ainsi que deux tentatives d’enlèvement. Toutes les victimes ont été retrouvées.

Trois auteurs présumés ont depuis été interpellés par la police dans la nuit du 7 au 8 octobre, après une course-poursuite. Une quatrième personne est toujours recherchée mais a réussi à prendre la fuite, lors de l’interpellation policière.

Y a-t-il eu quatre morts dont deux meurtres ?

  • FAUX : une personne est décédée, de mort naturelle.

Dans la nuit du 7 au 8 octobre, un homme s’est écroulé à proximité de l’opéra de Liège (à quelques mètres du carré). Mais il s’agit d’un décès naturel. Arrivés sur place, les pompiers ont tenté de réanimer le trentenaire, sans succès.


►►► Vous voulez vérifier une info ou consulter les derniers articles de fact checking ? : Rendez-vous sur Faky, la plateforme de la RTBF pour lutter contre la désinformation


La police et le parquet de Liège n’ont recensé aucun autre décès dans le carré ces dernières semaines.

Plus de cent bagarres ont-elles dégénéré dans le carré au cours de la semaine écoulée ?

  • FAUX : il y a eu deux bagarres violentes, au cours des deux derniers mois.

Entre le 1er septembre et le 18 octobre 2021, la police de Liège a dressé 43 procès-verbaux pour coups et blessures dans le périmètre du Carré. Un chiffre comparable à ce qui avait été constaté en 2018 et 2019 (avant le début de la pandémie et la fermeture des cafés), à la même période.

Au cours des deux mois écoulés, la police est intervenue dans le carré pour deux bagarres violentes. La première a eu lieu le 5 septembre. Une vingtaine de personnes étaient impliquées dans cette bagarre et l’un des protagonistes, un homme de 31 ans, a été grièvement blessé et admis aux soins intensifs.

La deuxième s’est déroulée dans la nuit du 11 au 12 octobre. Trois individus ont agressé deux autres personnes à coups de ciseaux. Deux blessés sont à déplorer. Les agresseurs ont été interceptés alors qu’ils tentaient de fuir, privés de liberté et déférés au parquet de Liège.

Ces deux évènements, d’une grande violence, ont effectivement de quoi choquer. Mais on est bien loin des 100 bagarres violentes évoquées dans la publication.

Y a-t-il eu une dizaine de plaintes de filles ayant été abusées sexuellement ?

  • FAUX : trois procès-verbaux ont été dressés pour attentats à la pudeur et harcèlement.

Entre le 1er septembre et le 18 octobre 2021, la police de Liège a dressé deux procès-verbaux pour attentat à la pudeur, un pour harcèlement et aucun pour viol.

Encore une fois on est loin de la dizaine de plaintes annoncée dans le message devenu viral. La publication évoque aussi les personnes qui n’ont pas osé parler… Une donnée évidemment impossible à vérifier.

Quelles conclusions en tirer ?

"Sortir dans le carré peut être dangereux, car on y rencontre beaucoup de personnes et certaines ont une consommation d’alcool beaucoup trop importante, que ce soit les auteurs ou les victimes. A partir du moment où on est alcoolisé, on est une victime plus facile pour un prédateur", précise Damien Leboutte, procureur de division au parquet de Liège.

La situation n’est donc effectivement pas rose, mais rien de neuf à cela, puisque d’année en année, les chiffres de la criminalité dans le Carré, pour cette même période du 1er septembre au 13 octobre, sont sensiblement le mêmes (à l’exception de l’année 2020, où les chiffres sont moins élevés. Les cafés étaient alors fermés pour cause de Covid).


►►► À lire aussi : Découvrez l’ensemble de nos articles de fact checking


"On a eu récemment des faits plus graves que d’habitude, comme l’agression à coups de couteau et les enlèvements. Mais au niveau du nombre de faits, ça n’est pas pire que les autres années", analyse Damien Leboutte.

La police de Liège annonce, de son côté, avoir renforcé ses effectifs dans le Carré. Elle rappelle aux fêtards les conseils de prudence habituels : maîtriser sa consommation d’alcool, ne pas laisser son verre sans surveillance, ne jamais rentrer seul.e et toujours veiller les uns sur les autres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK