Disparition de Pierre Eloy : "On ne sait plus où chercher"

Quatre jours après la disparition de Pierre Eloy, les policiers ont arrêté de sillonner les bois. Les recherches sur le terrain sont à présent interrompues, mais la police espère toujours retrouver la trace de l’octogénaire, grâce aux témoignages qu’elle continue de recevoir. La police et le parquet ont organisé cet après-midi une conférence de presse pour faire le point sur la situation.

Pierre Eloy a disparu jeudi dernier, en début d’après midi. Il avait quitté le centre de revalidation dans lequel il séjournait près de Spa pour une promenade et s’est manifestement perdu. Policiers, chiens pisteurs, hélicoptère de la police fédérale : les moyens mis en œuvre pour retrouver cet ancien paracommando, féru d’arts martiaux étaient importants. Sans compter l’aide des plusieurs dizaines de bénévoles qui, chaque jour, ont eux aussi quadrillé les bois.

Mais aujourd’hui, plus de policiers sur le terrain, plus d’hélicoptère qui survole la zone. "Nous avons fouillé quelque 180 km²", explique David Rimaux, commissaire à la cellule disparition de la police fédérale. "On a engagé tous les moyens qu’on pouvait engager", insiste Jean-Marie Paquay le chef de corps de la zone de police Fagnes, pour couper court à toute critique. Des moyens qui pourtant, pour l’instant, n’ont pas suffi à localiser Pierre Eloy. Il faut dire que les recherches sont particulièrement complexes : un périmètre étendu, un relief escarpé et une très mauvaise couverture du réseau GSM qui a rendu la localisation du téléphone de Pierre Eloy impossible. "On ne sait plus où chercher ailleurs", reconnaît David Rimaux.

Nous espérons toujours le retrouver vivant

Pourtant, l’enquête continue, assure le commissaire. Depuis jeudi, la police a enregistré "entre 70 et 90" témoignages. Il s’agit de les analyser, d’évaluer leur pertinence. La police espère donc un témoignage clé ou encore "la découverte d’un objet ou d’un vêtement" appartenant à Pierre Eloy, qui permettrait de relancer les recherches.

"Nous espérons toujours le retrouver vivant", soutient David Rimaux qui rappelle que Pierre Eloy, malgré son âge, était sportif et en très bonne condition physique. Mais dans un cas comme dans l’autre, "les moyens déployés restent les mêmes. Il faut trouver les réponses aux questions que les familles se posent."

La police rappelle également quelques règles de sécurité à l’intention des dizaines de bénévoles qui souhaiteraient poursuivre les recherches : pas de recherches après 18 heures, car des chasseurs sont sur place, porter des vêtements fluo et se signaler auprès du policier qui coordonne ces recherches.

Journal télévisé 20/09/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK