Disparition de Diana: la garde à vue de sa mère prolongée de 24 heures

Diana Farkas
Diana Farkas - © Child Focus

Selon le procureur du Roi de Charleroi faisant fonction, Pierre Magnien, la mère de la fillette aurait présenté une autre version que celle connue jusqu'ici de la disparition de sa fille. Faisant une course à Châtelineau, elle aurait laissé la petite sans surveillance dans sa voiture. La mère a été privée de liberté dès hier et ce pour 24 heures. La privation de libéreté de la mère a été prolongée mais elle n'est pas inculpée à ce stade.

Le juge d'instruction Pierre Hustin a décidé de prolonger de 24 heures la privation de liberté de Juliana Santana Duran, la mère de la petite Diana, disparue depuis dimanche. La mère n'a pour l'heure fait l'objet d'aucune inculpation et n'est pas sous mandat d'arrêt.

Les investigations se poursuivent dans la région de Charleroi où la police fédérale recherche activement la petite Diana Farkas, cette fillette de 4 ans, aperçue vivante pour la dernière fois dimanche à 16 heures, selon les enquêteurs. Le juge d'instruction Pierre Hustin, en charge du dossier, a décidé de prolonger de 24 heures la privation de liberté de Juliana Santana Duran, la mère de l'enfant et principale suspecte à ce stade de l'enquête. Autrefois limitée à 24 heures, cette privation de liberté peut aujourd'hui être doublée, selon les nouvelles dispositions engendrées par la loi Salduz. Cette décision ne se fait pas "de droit" et n'est pas liée à la gravité du dossier, mais doit être motivée par le juge d'instruction. Cette motivation peut consister en l'attente d'une expertise, d'une recherche ou d'un autre devoir d'enquête. Pour l'heure, Juliana Santana Duran n'a fait l'objet d'aucune inculpation et n'est pas placée sous mandat d'arrêt.

L'enfant n'était pas à l'école

La fillette fréquente l'école maternelle et primaire de la rue de Bertransart à Gerpinnes. Sa mère prétendait lundi l'avoir déposée le matin, comme à son habitude, sans savoir que sa classe répétait un spectacle de fancy-fair dans un autre lieu que sa classe traditionnelle.

Le personnel enseignant n'a donc pas eu de contact avec l'enfant dans la journée et n'a appris sa disparition que lorsque sa maman s'est présentée à l'école, dans l'après-midi. Dès l'annonce des faits, la police locale de la zone Germinalt a entamé des recherches.

Un chien pisteur est intervenu en renfort, de même que la Cellule Disparition de la police fédérale qui a repris l'enquête à sa charge. Child Focus est également en alerte. A la tombée de la nuit, la fillette n'était toujours pas localisée.

Une version différente

On a appris ce mardi lors du point presse du Procureur du Roi de Charleroi ff, Pierre Magnien, que la mère de la fillette avait présenté une autre version des faits.

Selon elle, elle aurait arrêté sa voiture pour faire une course à Châtelineau sur le chemin de l'école. C'est là qu'elle aurait laissé sa fille seule et qu'elle aurait constaté son absence à son retour dans le véhicule.

Elle explique aussi qu'elle a signalé tardivement la disparition parce qu'elle a été prise de panique. Devant ces explications confuses, la mère a été privée de liberté dès hier lundi et la piste de la famille et des amis est poursuivie par les enquêteurs. Toute personne susceptible d'avoir vu la petite fille est aussi invitée à se faire connaître.

Avis de disparition par Child Focus

Child Focus a lancé une alerte disparition concernant la fillette qui a 4 ans et qui s'appelle Diana Farkas. Elle est de type basané avec des cheveux noirs tressés jusqu'aux oreilles. Lors de sa disparition, elle portait une robe rouge, un manteau fuschia, un legging blanc et des sandales dorées ou argentées.

Si vous pouvez orienter les recherches, n'hésitez pas à contacter Child Focus par téléphone au 116 000 ou au 0800 30 300.

Jean-Christophe Adnet, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK