Dison : première réunion dans le cadre de la procédure Renault chez Munters

Dison : première réunion dans le cadre de la procédure Renault chez Munters
Dison : première réunion dans le cadre de la procédure Renault chez Munters - © Tous droits réservés

En février, la multinationale suédoise qui détient Munters a annoncé vouloir fermer le site disonais pour septembre. Munters fabrique des systèmes de refroidissement pour salles d'ordinateurs et occupe 216 personnes. Actuellement , le personnel poursuit le travail.

Hier, lors de la première réunion dans le cadre de la procédure Renault, les syndicats ont posé des questions sur la santé financière de l'entreprise et du groupe. Ils veulent aussi obtenir rapidement un écrit assurant le paiement des salaires jusqu'à la fermeture. Ce mardi matin, le groupe a fait savoir qu’il acceptait les garanties demandées par les syndicats … Oui mais à la condition que les travailleurs maintiennent un taux de productivité élevé, que les délais de livraison soient respectés et que la paix sociale soit garantie. Le personnel a été informé en assemblée générale. Pour les syndicats, ces conditions sont difficiles à accepter : " Ces conditions sont inacceptables, s’exclame René Petit, secrétaire permanent ACV-CSC METEA.  De nombreux éléments extérieurs, donc indépendants de la bonne volonté des travailleurs, peuvent infléchir un taux de production, de même pour les délais de livraison et, à cause de cela, les garanties seraient invalidées, ce n’est pas correct ! Et en plus, on nous impose de rester pieds et poings liés… Nous demandons à la direction de ne pas poser de conditions aux garanties. Nous sommes prêts à discuter des différents points, mais sans qu’ils soient liés à la recapitalisation ". Les organisations syndicales attendent une réponse pour vendredi, sans cela aucun produit fini ne sortira de l’usine.

Une nouvelle assemblée du personnel se tiendra lundi. Quant à la prochaine réunion dans le cadre de la procédure Renault ce sera dans une quinzaine de jours.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK