Dinant: le projet de funiculaire divise, y compris dans la majorité

Un funiculaire à Dinant coûterait entre 6 et 7 millions d’euros.
Un funiculaire à Dinant coûterait entre 6 et 7 millions d’euros. - © Flickr

Le funiculaire, c'est un gros projet à Dinant. Un projet estimé à 6 ou 7 millions d’euros. Les autorités communales, bourgmestre en tête, ont introduit un dossier pour obtenir des subsides européens mais des doutes planent ce lundi matin sur cette liaison verticale qui doit relier le bas de la ville au plateau du Mont-Fat.

Ce qui pose problème, ce sont les coûts d’exploitation et d’entretien de ce funiculaire : 400 000 euros par an selon l’estimation la plus pessimiste. Pour l’échevin des Finances, Victor Floymont, la Ville n’en a pas les moyens. "Vu que la Ville a réalisé énormément d’investissements ces dernières années, on arrive à saturation…"

De son côté, le bourgmestre Richard Fournaux est confiant. Les chiffres avancés jusqu’à présent ne tiennent pas compte des recettes d’exploitation et d’une intervention éventuelle d’un partenaire privé. La Ville va donc tout faire pour limiter la facture au maximum. Mais l’opposition socialiste n’est pas convaincue. "Une liaison verticale, "oui" si on a un projet là-haut. Or, pour l’instant, il n’y en a pas, déclare Laurent Belot (chef de file PS). On ne réalise quand même pas une telle liaison à coup de millions sans savoir à quoi elle va servir !"

A quoi va servir ce funiculaire ?

Pour le bourgmestre, la liaison verticale et la création de parkings sur les hauteurs de la ville vont d’abord résoudre les problèmes de mobilité à Dinant, en facilitant l’accès au centre. Ensuite, le funiculaire doit permettre de réfléchir au développement du plateau de Mont-Fat.

On parle depuis des années de la création d’un village de vacances par le groupe néerlandais Dormio. Le projet est toujours sur la table, mais Richard Fournaux ne ferme aucune porte. "A partir du moment où nous avons cette liaison verticale, le site du plateau de Mont-Fat va trouver un intérêt majeur ; certes, dans le chef de la Ville, mais aussi dans celui de partenaires. Et parmi ceux-ci, on connaît déjà Dormio mais il y en aura peut-être d’autres…"

On peut donc imaginer différentes choses. Mais en dépit des critiques de l’opposition et des réserves émises par certains membres de sa majorité, la priorité pour le bourgmestre, c’est d’abord de créer la liaison verticale. Tout repose désormais sur l’Europe. Sans les subsides, il n’y aura pas de funiculaire car Dinant n’a pas les moyens de financer seule ce projet.

Notez que le PS pourrait interpeller le bourgmestre et sa majorité ce lundi soir au conseil communal à propos de ce dossier.

Hugues Van Peel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK