Dinant: des barrières anti-suicides sur le viaduc Charlemagne?

Le viaduc de la Route Charlemagne surplombe la Meuse mais aussi des routes et des habitations
Le viaduc de la Route Charlemagne surplombe la Meuse mais aussi des routes et des habitations - © Flicrk - jcdefleur

Le suicide d’un homme la semaine dernière à Dinant va sans doute entraîner la réalisation de travaux pour sécuriser le viaduc Charlemagne. L’individu s'était jeté dans le vide avant de s’écraser 70 mètres plus bas à proximité d’un groupe d’enfants. Le Service public de Wallonie promet d'intervenir.

Ce n’est pas la première fois que le viaduc Charlemagne est le théâtre d’un suicide. Mais le drame survenu la semaine dernière a choqué les témoins. L’homme qui a sauté s'est écrasé à proximité d'un groupe d'enfants qui passait à cet endroit. Il aurait pu tomber sur une maison, sur des passants ou sur la route. Pour le bourgmestre de Dinant, Richard Fournaux, il faut intervenir. "Sécuriser l'ensemble du viaduc, à mon avis, ce sera hors-de-prix. Mais je pense que la partie qui se trouve au-dessus des habitations doit être protégée".

Privilégier les endroits à risques

L’installation de barrières anti-suicides sur les ponts n’est pas systématique. Le Service public de Wallonie intervient au cas par cas. "C'est impossible matériellement de sécuriser tous les ouvrages d'art, explique Christophe Corouge, porte-parole du SPW. Donc on est attentif aux endroits où il y a le plus de tentatives, et a fortiori quand il y a un événement un peu marquant comme ce fut le cas ici à Dinant. Donc on essaie de mettre l'accent sur ces endroits".

Comme il l’a fait il y a quelques années pour le viaduc de Cheratte qui avait triste réputation, et où le suicide d’un homme avait provoqué un accident sur la chaussée en contrebas, le Service public de Wallonie enverra prochainement une équipe à Dinant, pour envisager la meilleure manière de sécuriser les portions du viaduc Charlemagne qui surplombent des routes ou des habitations.

Hugues Van Peel

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK