Didier Defourny renvoyé devant un tribunal correctionnel

La justice reproche à Didier Defourny d'avoir détourné des sommes d'argent - près d’1,5 millions d'euros - et d'avoir commis des faux dans le but de s'enrichir.
La justice reproche à Didier Defourny d'avoir détourné des sommes d'argent - près d’1,5 millions d'euros - et d'avoir commis des faux dans le but de s'enrichir. - © Belga

La chambre du conseil de Liège a décidé de renvoyer l’ex-organisateur du GP de F1 à Spa-Francorchamps devant un tribunal correctionnel. La justice lui reproche notamment d'avoir détourné des sommes d'argent - près d’1,5 millions d'euros - et d'avoir commis des faux dans le but de s'enrichir.

L'affaire éclate en 2004 avec la faillite de la société Didier Defourny. Le rapport du curateur soulève des anomalies sur lesquelles la justice décide d'enquêter.

En juin 2010, Didier Defourny est inculpé pour "abus de biens sociaux". L'expert désigné par le parquet a fait des projections pour évaluer le nombre de places qui ont été effectivement occupées lors du Grand Prix. Il s'est appuyé sur les expertises de la société Vinçotte qui contrôle la sécurité des tribunes, sur les photos et autres reportages télévisés. Le Grand Prix aurait dû, selon lui, rapporter plus d'un million cent quarante mille euros. Or, cette somme n'apparaît pas dans la comptabilité de la société de l'intéressé.

Par ailleurs, en un an, Didier Defourny aurait fait passer ses émoluments mensuels de 6000 à plus de 30000 euros, se serait fait livrer du matériel de fitness pour un montant de 7000 euros et un millier de bouteilles de champagne dont on ne retrouvera pas trace, "volées" dira-t-il...

Pour la justice, la comptabilité a été falsifiée, les comptes truqués. Didier Defourny qui depuis s'est retiré au Luxembourg a toujours nié les faits et contesté le travail de l'expert basé selon lui sur des extrapolations. Il dispose à présent de quatorze jours pour interjeter appel de la décision de la chambre du conseil.

 

Patricia Scheffers


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK