Deux policiers bruxellois acquittés au bénéfice du doute

Manifestation contre la violence policière à Bruxelles
Manifestation contre la violence policière à Bruxelles - © OLIVIER VIN - BELGA

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a acquitté, ce lundi, deux policiers de la brigade anti-agression de la zone Bruxelles-Capitale/Ixelles. Ils étaient prévenus de coups et blessures volontaires sur Pierre, un jeune Schaerbeekois de 19 ans en août 2010. Un des policiers était également poursuivi pour avoir fait pression sur deux agents de sécurité témoins des faits.

Les faits remontent à la nuit du 12 août 2010. Trois jeunes Schaerbeekois, Pierre, Gaspard et Gilles, âgés de 18 et 19 ans, rentrent à vélo d'une soirée bien arrosée. Il est aux environs de 4h30 du matin. Aux abords de la station de métro Maelbeek, les trois jeunes gens ont déposé leur vélo au sol. Ils sont donc à pied quand ils croisent une patrouille anti-agression de la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles. Pierre porte un sac à dos, il devient immédiatement la cible de deux policiers. Le jeune homme est frappé au visage puis poussé à terre. Le policier tente de l'étrangler, au point que Pierre perd connaissance. C'est en état de choc qu'il quittera le commissariat après interpellation. Pierre dépose plainte pour violences policières..

Pour une fois, la scène s'est déroulée devant témoins. A proximité, en effet, deux agents de sécurité sont de faction devant l'un des bâtiments de l'Union européenne. Ils ont assisté à l'intervention. Malgré leur témoignage, malgré aussi une tentative d'intimidation du policier présumé auteur des coups, le tribunal estime qu'il subsiste un doute quant aux circonstances exactes des faits. Pour le parquet, en tout cas, les choses apparaissaient suffisamment claires pour requérir une peine de dix mois de prison contre les agents. Le tribunal en a décidé autrement. Pierre s'interroge sur l'opportunité d'aller en appel. Les faits remontent à bientôt 5 ans. La prescription approche. Il devient décidément difficile, à Bruxelles, de faire condamner les auteurs de violences dès lors qu'il s'agit de membres des forces de l'ordre.

P. Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK