Deux enfants retrouvés morts à Erquelinnes : la mère suspectée d'infanticide dans un état stable, le troisième enfant aussi

L’effroi et l’incompréhension à Hantes-Wihéries, petit village de l’entité d’Erquelinnes, dans le Hainaut, non loin de la frontière française. Deux enfants ont été retrouvés morts ce mardi en fin de journée. Il s’agit d’un bébé et d’une enfant de sept ans.

Blessé, un troisième enfant de neuf ans a été transféré d’urgence dans un hôpital de la région du Centre. D'abord dans un état critique, le bourgmestre nous a indiqué ce mercredi matin que l'enfant est à présent stabilisé, ses jours ne sont plus en danger. 

Le point sur l'enquête

Le parquet a aussi donné ce mercredi midi quelques éléments sur l'avancement de l'enquête. 

La mère est dans un état stable et sera entendue par les enquêteurs aujourd'hui. Le père a été entendu hier soir comme témoin. La piste de la mère reste privilégiée. 

Une autopsie aura lieu aujourd'hui pour déterminer les causes exactes des décès des enfants. Les premiers éléments indiquent une mort par noyade du bébé et des plaies au niveau du cou et de la tête indiquent une mort et une tentative de mort par arme blanche pour les deux autres enfants. Une demande d'analyse toxicologique a été demandée pour voir si les enfants étaient drogués au moment des faits. 

La maman a tenté de se donner la mort en se sectionnant les veines du poignet. Une intervention chirurgicale a permis de la stabiliser. Elle pourra donc être entendue. 

La famille étaient inconnue du parquet et n'avait aucun antécédent. Le père originaire de Beaumont habitent la maison où le drame s'est produit depuis 4 ans. Les deux parents sont nés en 1983 et étaient déjà ensemble en 2008.

Un choc

Dans la commune, la nouvelle a fait l’effet d’un coup de massue : "Tout le monde est atterré", explique David Lavaux, bourgmestre d’Erquelinnes. "Nous sommes profondément tristes, c’est l’incompréhension qui règne. C’était une mère de famille que nous connaissons bien, institutrice dans nos écoles et puis on ne comprend pas. C’est le drame, le grand drame".

Incompréhension totale

D’après les premiers témoignages que nous avons pu recueillir sur place, la mère semblait souffrir de quelques problèmes psychologiques depuis un certain temps et avait déjà tenté de mettre fin à ses jours. Le confinement n’aurait rien arrangé à sa situation. "C’était une mère parfaite, toujours de bonne humeur, avec beaucoup de joie de vivre", nous explique Michaël, un ami de la famille. Pour lui, c'est l’incompréhension et la stupeur. il nous décrit une mère aimante et un couple sans problèmes particuliers.

Soutien psychologique pour les sauveteurs

Pour les services de secours qui sont intervenus, les scènes ont été très dures à encaisser. Une cellule psychologique sera mise en place pour leur venir en aide également. Fabrice Pierart, le commandant de la zone de secours Hainaut-Est, nous explique : "Ce sont de jeunes pompiers, eux-mêmes parents. Je suis venu sur place pour les soutenir. Ils viennent de travailler dans des conditions très pénibles. Ce sont des scènes abominables pour le personnel".

Le parquet de Charleroi est descendu sur place dans la soirée de ce mardi. La police scientifique et le médecin légiste ont commencé leur travail pour tenter de déterminer les circonstances exactes de ce qui s’apparente à un nouvel infanticide.