Deux chauffeurs roumains bloqués dans leur camion pendant plus d'une semaine à Battice

Les deux jeunes chauffeurs roumains refusaient de reprendre le volant et stationnaient sur le parking autoroutier de Battice (illustration).
Les deux jeunes chauffeurs roumains refusaient de reprendre le volant et stationnaient sur le parking autoroutier de Battice (illustration). - © Flickr

Le transporteur néerlandais qui les embauchait ne leur versait plus leur salaire depuis le début du mois de septembre. Les deux jeunes chauffeurs roumains refusaient donc de reprendre le volant et stationnaient sur le parking autoroutier de Battice.

De quoi interpeller la police de la route qui après vérifications a constaté toute une série d’infractions commises par la firme néerlandaise. Notamment celle de laisser dormir ses chauffeurs dans la cabine de leur camion pendant des mois.

Les syndicats se sont aussi intéressé à la situation que vivent les deux hommes. Pour eux, l’employeur (Martin Wismans) est connu aux Pays-Bas pour exploiter ses travailleurs. "Ils ne sont pas les seuls dans le même cas, d’autres chauffeurs vivent la même situation, explique Paolo Di Berardino, membre de la FGTB UBT, l’Union belge du transport. D’après ce que l’on sait, notamment auprès de nos collègues néerlandais, la firme Martin Wismans est connue pour exploiter son personnel : des Roumains, des Philippins… C’est un esclavagiste !"

Les deux jeunes chauffeurs roumains auraient été engagés via une filiale slovaque bidon. Ils réclament à présent les 3000 euros d’arriérés que leur doit leur employeur.

De son côté, le transporteur néerlandais a contesté cette somme de 3000 euros à payer à chaque travailleur. Résultat : ils n’ont reçu que 600 euros et ont été mis à la porte. Les deux jeunes hommes doivent maintenant rentrer à Bratislava par leurs propres moyens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK