Deux ans de prison pour vols, séquestration et menaces à Namur

Le palais de justice de Namur.
Le palais de justice de Namur. - © SOPHIE KIP - BELGA

Le tribunal correctionnel de Namur a condamné lundi J-M.J. à une peine ferme de deux ans de prison pour un vol avec violence, séquestration et menaces commis le 15 janvier 2015, à Namur. Son complice J.F. a été acquitté de cette prévention, mais condamné à une peine de travail de 120 heures pour d'autres faits de vols commis entre 2014 et 2016.

Dans la nuit du 14 au 15 janvier 2015, il était reproché aux deux prévenus d'être entrés par effraction dans une habitation pour y commettre un "home-invasion". Alors que les deux propriétaires dormaient, les individus ont retourné toute la maison réveillant ainsi le couple d'habitants.

J.F. était notamment accusé d'avoir menacé d'égorger l'une des victimes à l'aide d'un couteau, d'avoir donné pas moins de sept gifles à la femme et frappé à plusieurs reprises son mari.

Le parquet a également relevé que J.F. a menacé d'agresser sexuellement la victime, en abaissant son pantalon devant elle pour lui montrer ses parties génitales. Le couple de propriétaires aurait été séquestré pendant plus de trois heures avant que les agresseurs ne prennent la fuite et utilisent la carte de banque volée pour retirer environ 600 euros.

Si J-M.J. a reconnu les faits, l'autre prévenu a toujours nié les faits et a sollicité l'acquittement pour cette prévention.

D'autres faits de vols simples ou avec violence, des coups et blessures étaient également reprochés à J.F. qui a nié globalement les faits, arguant que c'était son beau-frère, J-M.J., qui l'accusait à tort.

Le tribunal a acquitté J.F. de la majorité des préventions qui lui étaient reprochées, et l'a condamné à une peine de travail de 120 heures. S'il n'effectue pas correctement sa peine de travail, il encourt un an de prison. J-M.J.., qui faisait défaut mais avait reconnu les faits, a quant à lui été condamné à deux ans de prison.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK