Deux ans avec sursis pour un coup de couteau lors de la Sainte-Rolende

Le palais de justice de Charleroi.
Le palais de justice de Charleroi. - © DR

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné lundi un jeune Gerpinnois à deux ans de prison avec sursis pour avoir poignardé en 2015 un marcheur dans le dos à la suite d'une dispute lors des festivités de la Sainte-Rolende. L'intention homicide qui avait été retenue par le parquet a été rejetée par la juge qui a disqualifié les faits en coups et blessures volontaires.

Le 27 mai 2015, Jason P. avait consommé de l'alcool lors de la marche folklorique de Gerpinnes et s'était disputé avec son ex-petite amie, allant jusqu'à lui briser un verre sur le visage. Furieux, il était alors rentré chez lui mais les parents de cette dernière s'étaient présentés sous ses fenêtres pour l'insulter et l'invectiver. Le prévenu et sa mère avaient répondu en leur lançant des objets, dont un taille-haie, et l'un de ceux-ci avait éclaté aux pieds d'un marcheur et de sa compagne qui passaient par là.

Les protagonistes livrent ensuite une version différente. Selon les parties civiles et le parquet, Jason P. est sorti de chez lui avec un couteau à rôti dans une main et un cran d'arrêt dans l'autre, et s'est précipité sur le marcheur qui regagnait sa voiture pour le poignarder dans le dos. Il aurait ensuite empoigné la compagne de ce dernier par les cheveux pour lui éclater la tête au sol, lui brisant deux dents.

Le prévenu, lui, affirme qu'il s'est armé "pour se défendre" et qu'il a été pris à partie par le marcheur. Des coups auraient été échangés et, dans la bagarre, il aurait poignardé son adversaire dans le dos. Quant à l'agression de la compagne, Jason P. affirme avoir répondu au coup de tromblon que cette dernière lui avait donné.

Selon le substitut Vervaeren, les témoins confirment la version des victimes: en clair, que le marcheur a été poignardé dans le dos, avec une arme létale, à hauteur d'organes vitaux. Vu l'absence de casier judiciaire et le jeune âge du prévenu, le parquet a requis une peine de quatre ans de prison, sans s'opposer à un sursis.

Me Donatangelo, conseil de Jason P., a quant à lui contesté l'intention homicide. S'il ne plaide aucune excuse, l'avocat estime que la version de son client est plausible, d'autant qu'aucun témoin ne peut donner de précisions sur la scène, étant donné que tous étaient sous l'influence de l'alcool.

Lundi, le tribunal a effectivement disqualifié les faits en coups et blessures volontaires. Jason P. a ainsi écopé de deux ans de prison avec sursis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK