Deux-Acren: le "groupe des Nègres" ne sortira pas à la ducasse des Culants, par crainte de débordements

Le programme de "la ducasse des Culants" à Deux-Acren (entité de Lessines, dans l'est du Hainaut) est modifié : la sortie du "groupe des Nègres" a été annulée par le comité organisateur, en concertation avec les autorités communales, suite à la réception d'une lettre dénonçant le caractère "raciste" de ce cortège. Ils craignaient des troubles de l'ordre publique qui viendraient gâcher "l'esprit de la fête". Le cortège, dans lequel défilent des danseurs grimés en membres d'une tribu, commémore la visite du Roi Baudouin au Congo lors de l'indépendance sous le régime de Mobutu.

Le bourgmestre de Lessines, Pascal De Handschutter a reçu une lettre d'un membre du groupe Bruxelles Panthères, qui estime cet événement raciste, l'associant au blackface, et lui demande son annulation, sous peine de venir "sensibiliser" les habitants de Deux-Acren et les participants de la sortie. Des propos qui ont été considérés comme des menaces par le bourgmestre PS de l'entité.

La lettre, envoyée le 9 septembre dernier, précise :

(...) pour éviter tout risque de débordement que vous ne souhaitez certainement pas, je vous demande l'annulation de l’événement intitulé 'La sortie des Nègres', qui doit se tenir ce samedi 15 septembre, dans le village Deux-Acren, dans l’entité de Lessines.

Dans le cas contraire, nous serons obligés de venir à Lessines nous même, afin de sensibiliser les habitants et les participants des pratiques racistes du Blackface, et en particulier, de "La sortie des Nègres" que nous tenterons de faire annuler par tous les moyens nécessaire.

Dans la DH, Laurent Pevenage, membre du comité organisateur, expliquait récemment, il s’agit de représenter la libération du Congo durant les années 1960. On voit les Noirs sous dominance belge qui reprennent leur indépendance, sous l’œil éloigné du roi Baudouin." Pour lui, cette fête est une manière de “montrer la réalité du comportement des Belges vis-à-vis des Noirs à l’époque, pour les jeunes générations. On veut rappeler que le Roi n’a pas eu une façon correcte de se comporter, et qu’on a aussi des choses à se reprocher."

Au micro de la RTBF, le bourgmestre de Lessines a fait part de sa déception, "je prône naturellement la défense de nos traditions, de notre culture et de notre folklore, et tout ça, dans un esprit de tolérance". Par crainte de troubles de l'ordre public, "la police locale était mobilisée, et nous avions obtenu le renfort d'un escadron de la police fédérale."

La lettre de Bruxelles Panthères

null

null

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK