"Dette du photovoltaïque" wallon: la majorité reste divisée

Certains l'appellent la dette du photovoltaïque, deux milliards et demi d'euros, environ, lié à l'explosion du nombre de certificats verts octroyés aux petits producteurs. Pour dégonfler cette bulle, le gouvernement régional a pris des mesures sous la houlette du Ministre de l'Energie, Jean-Marc Nollet. Ces mesures modifient les contrats déjà existants: " Il n'y a donc aucun renoncement à l'engagement pris mais une gestion responsable au vu d'une situation difficile, aux impacts lourds."

Demande d'avis sur la rétroactivité de la mesure

Critiqué notamment parce qu'il revient sur les termes des contrats en cours, le gouvernement wallon a décidé de consulter un cabinet d'avocats avant de finaliser sa décision : "La mission, c'est de traduire dans un dispositif juridique les décisions notamment au regard des principes de non-discrimination et de non rétroactivité."

On sent que le gouvernement wallon marche sur des œufs. Sur les bancs parlementaires. On lui prédit d'ailleurs le pire. L'opposition MR annonce un tsunami de recours comme le confirme Willy Borsu : "Nous assistons au plus grand mouvement de contestations juridiques d'une décision du gouvernement wallon depuis la création de la Région wallonne."

Climat tendu dans la majorité

Le climat n'est pas plus serein au sein de la majorité, comme l’indiquent Dimitri Fourny pour le cdH et Edmund Stoffels pour le PS. "Nous sommes dans la totale improvisation, moi, ça m'effraie quelque peu et ça m'inquiète" critique le premier, tandis que le second enfonce le clou: "On risque de finir par une espèce de Waterloo politique".

On le voit, le dossier photovoltaïque est loin d'être refermé. Il reste toujours aussi explosif pour la majorité régionale en Wallonie.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK