Alinoë (13 ans), Sacha (16) et Martin (18) voltigent comme des cavaliers cosaques

Alinoë, Martin et Sacha Bogaerts voltigent à la mode des cavaliers cosaques
Alinoë, Martin et Sacha Bogaerts voltigent à la mode des cavaliers cosaques - © François Louis

C'est une passion familiale. Et bien singulière. Comme d'autres jeunes jouent football ou apprennent la musique, Alinoë (13 ans), Sacha (16 ans) et Martin (18 ans) Bogaerts pratiquent la voltige équestre dans la tradition des cavaliers cosaques. Leur passion à eux c'est d'exécuter des figures acrobatiques sur un cheval lancé au galop de charge. "On se met debout sur le cheval, on se pend sur le flanc, on fait le poirier, on se laisse traîner..., explique Alinoë. "J'aime bien tout ce qui est un peu fou", ajoute-t-elle avec un sourire gourmand.

La famille Bogaerts était ce week-end en démonstration au Domaine provincial d'Hélécine, dans le cadre d'un festival d'arts équestres organisé par leur club, les Cavaliers du sud. "La voltige au galop en ligne a été inventée par les cavaliers cosaques, explique Walid Jouili, le coach. A la base, ce sont des techniques militaires. Le cavalier qui se couche sur le flanc du cheval, par exemple, se rend invisible pour l'ennemi. Mais petit à petit, ces  techniques sont devenues des figures artistiques."

Mon cheval s'est redressé in extremis

Dangereux ? "Une acrobatie sur un cheval qui galope comporte évidemment des risques", explique Walid, qui a lui-même arrêté la voltige à la suite d'un accident. Des chutes à cheval, les Bogaerts en ont déjà fait, "mais jamais en voltigeant", précise Alinoë. "L'exercice est risqué, donc on est particulièrement concentré." Martin se souvient tout de même d'un jour où son cheval a glissé en plein galop, tandis qu'il exécutait une figure pendu sur le flanc de la monture. "Heureusement, un cheval au galop a plus d'équilibre que dans n'importe quelle situation, et il s'est redressé in extremis. Mais je reconnais que ce jour-là, j'ai eu très peur."

Chez les Bogaerts, la voltige équestre est une passion assez dévorante, que les trois enfants exercent chaque semaine dans leur club. "Nous avons trois chevaux à la maison, explique Martin. Rien que les soigner, les nourrir et les promener prend énormément de temps."

La troupe des Cavaliers du sud (Hannut) se produit un peu partout un Belgique, avec des démonstrations de voltiges au galop, mais aussi dedressage. Ils participeront les 6 et 7 août prochains à la Fête équestre du Château de Waroux. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK