Des travailleurs de Fedasil ont mené une action devant le cabinet De Block

Ils sont venus de Stoumont mais aussi d'autres centres d'accueil en Belgique pour manifester leur mécontentement ce mercredi sous les fenêtres de Maggie De Block. Le nombre de demandeurs d'asile a fortement diminué, il y a donc trop de places d'accueil dit la Secrétaire d’État. Conséquence: le centre de Stoumont fermera ses portes. "Il y a 42 personnes qui vont perdre leur emploi" explique Vladimir Pielkov, président de la CGSP interrégionale wallonne. "Ça s'est fait du jour au lendemain". L'objectif, c'est de faire en sorte que le personnel soit reclassé: "Pour l'instant, on nous laisse sous-entendre que 18 personnes seront recasées mais nous ne sommes pas d'accord. C'est l'ensemble du personnel qui doit être remis en place".

"On a déjà fermé d'autres centres, notamment à Westende et Arlon" poursuit André Gilles de la CGSP admi, "et le personnel a toujours été reclassé. Ici, pour la première fois, on ne va pas reclasser le personnel, et ça, on ne peut pas l'accepter".

"Quand on sait que Maggie De Block a remis 90 millions d'euros auprès du gouvernement, on est fort interpellé" souligne Michel Lefèvre, coordinateur au centre de Stoumont.

La Secrétaire d’État a reçu une délégation syndicale. Elle a expliqué que le surplus budgétaire ne pouvait pas servir à engager du personnel. Maggie de Block s'est en revanche engagée à trouver une place pour 18 personnes. Les négociations pour trouver une place pour les 22 autres employés se poursuivent.

 

B. Hupin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK