Des sans-papiers au pied de la Tour des Finances: "Nous sommes les oubliés de la crise sanitaire!"

Les sans-papiers sont venus réclamer leur régularisation et dénoncer le fait qu'ils sont "les oubliés de la crise".
2 images
Les sans-papiers sont venus réclamer leur régularisation et dénoncer le fait qu'ils sont "les oubliés de la crise". - © RTBF

La scène, plutôt bien organisée, a duré une dizaine de minutes, tout au plus. Quelques dizaines de sans-papiers ont pris place sous le coup de 11h00, debout et plus ou moins espacés (distance de sécurité oblige), au pied de la Tour des Finances, là où se trouvent les bureaux de la ministre De Block en charge de l’Asile et de la Migration.

L’un d’entre eux a lu un texte pour expliquer qu’ils sont les oubliés de cette crise sanitaire et économique. "Avant la pandémie, nous vivions dans la peur et les difficultés. Nous travaillions au noir pour vivre avec nos familles. Depuis le confinement, il n’y a presque plus de travail ! Nous sommes sans revenu, sans aide pour subvenir à nos besoins de base. Nous n’avons plus accès aux soins de santé, à la nourriture. Nous ne pouvons d’ailleurs plus la payer."

Les sans-papiers ont à peine eu le temps de réclamer la régularisation de tous et d’applaudir que la police est arrivée dans un climat de tension. On a d’abord entendu des militants crier "Barrez-vous !" ; les sans-papiers présents fuyant dans un certain cafouillage. Des échanges musclés mais verbaux avec les forces de l'ordre ont ensuite mis fin aux débats avec les militants venus sur place.

A priori, la police a identifié six personnes, qu’elle compte maintenant verbaliser. A priori, il s’agit de militants plutôt que de clandestins.