Des sangliers d'élevage français régulièrement abattus lors de chasses belges, affirme un chasseur

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. - © Tous droits réservés

Ce témoignage interpellant : celui d'un chasseur belge, d'un grand chasseur, habitué autant à chasser en Afrique ou dans les pays de l'Est, que dans nos contrées. Il a choisi de nous expliquer, sous le couvert de l'anonymat par crainte de représailles, le pourquoi de la pratique d'importation de sangliers d'élevage venant de pays étrangers, alors que la peste porcine africaine est présente parmi les sangliers wallons, et que l'importation de sangliers venant de pays de l'Est est une des hypothèses de l'arrivée de la maladie.

Les sangliers d'élevage, ce chasseur les connaît bien : "J'en ai déjà tiré plusieurs, dans les Ardennes et du côté de Chimay. Souvent, ils ont une médaille à l'oreille. Ils sont numérotés, et la médaille a une couleur différente selon le pays. Ceux que j'ai tués venaient de France. Parfois aussi, je tombe sur des sangliers non identifiables, mais on voit tout de suite de quoi il s'agit, on n'est pas fou : un sanglier qui a le poil luisant comme celui d'un chien, on ne va pas me dire qu'il s'est roulé dans les boues hein !" Il évoque aussi ce camion, qui avait amené des sangliers du côté de Janhay, dans les Ardennes : "Les bêtes avaient encore de la paille dans les onglets !" 

Encore un cochon de ferme !

Des rencontres qui ne semblent pas déranger grand monde : "On rigole entre nous, on se dit : c'est encore un cochon de ferme !". Et quand on lui demande ce que deviennent ces médailles, la réponse fuse : "On coupe l'oreille, ainsi ça ne se voit pas ! On en fait pas de la publicité avec un sanglier qui a de la garniture aux oreilles !".

Pourquoi de telles pratiques ? Pour ce chasseur, c'est clair, c'est une question d'argent et de prestige.  "Ce sont des chasses d'affaire. Des endroits où on va faire passer un bon moment aux invités, des gens de "la haute", des notables. Il faut leur faire plaisir, parce qu'après la chasse, on va parler affaires avec eux. J'ai connu des chasses où, le matin même ou la veille au soir, on remettait dans le bois quelques belles bêtes, bourrées de calmants. On les envoient vers les invités, et ceux-ci tirent un gros cochon,un deuxième gros cochon, et ils se disent : fantastique, c'est une belle chasse ici ! Et alors, ils prennent des actions."

1000 euros par jour de chasse

Des actions, c'est-à-dire des parts de droit de chasse, payer pour avoir le droit de chasser du gibier. "Ça démarre à 1000 euros par jour, et ça peut aller jusqu'à 3000 euros, quand il y a des cervidés. Vous ajoutez à cela la location. Une grosse chasse, ça peut valoir 100.000 euros par an ! Donc, il faut trouver des actionnaires qui ont des gros moyens !".

Et pour les appâter, il faut du gibier en nombre. "Les invités, ils vont brûler des cartouches, ils vont tirer, tirer, tirer, il faut s'amuser. Avant, lors d'une journée de chasse, on tuait 3, 4, 5 sangliers, et on était satisfait. Maintenant, on aime en tirer 40, 50 sur la journée s'il y a moyen. Les gens ne sont plus contents avec 2 bêtes. Et avec le prix qu'ils mettent par jour, il leur faut du gibier, ils paient pour avoir quelque chose. Et s'il n'y a pas assez de gibier, on va le chercher ailleurs et on le ramène ici."

La Wallonie touchée par la peste porcine africaine

Mi-septembre, l'alerte à la peste porcine africaine est lancée dans le sud de la province de Luxembourg, où les cadavres deux sangliers infectés sont retrouvés à Etalle. Depuis, quatre nouveaux cas positifs ont été confirmés, portant le nombre de sangliers porteurs de la maladie à six. Le ministre wallon de la Nature et de la Forêt a pris les mesures nécessaires afin de limiter la propagation de la maladie, et délimité une zone de 63.000 hectares interdite de circulation forestière. Le ministre cdH travaille en étroite collaboration avec ses homologues flamands et du fédéral, ainsi qu'avec la France et le Luxembourg, frontalier à la zone d'infection.

La RTBF avait déjà obtenu le témoignage d'un chasseur affirmant que des centaines de sangliers d'élevage étrangers étaient lâchés dans les forêts wallonnes afin de "gonfler le tableau de chasse", et parle de "secret de polichinelle" dans le milieu.

Archive : JT 19/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK