Des sanctions envisagées après la grève des TEC Charleroi ce mardi

Illustration
Illustration - © TEC Charleroi

Les bus roulent normalement ce mercredi matin à Charleroi. Ce n'était pas le cas hier où il y avait pas mal de perturbations : environ un chauffeur sur trois n'avait pas pris son service. Ces chauffeurs étaient couverts par leur syndicat, la CGSP, pour participer à la manifestation pour l'emploi des jeunes à Bruxelles. La direction des TEC, elle, ne décolère pas et envisage des sanctions.

En couvrant ses affiliés ce mardi, la Centrale Générale des Services Publics des TEC carolos ne faisait, dit-elle, que s'associer au plan d'actions national décidé il y a 15 jours par la FGTB. Pour Carmino Fassano, permanent CGSP, il n’y a là pas de véritable problème : " On a envoyé un préavis qui couvrirait toutes les personnes qui s’associeraient au plan d’actions pour aller manifester. "

Oui mais voilà, pour la direction des TEC Charleroi, le problème c'est que le dépôt de ce préavis n'a pas respecté le délai de cinq jours prévu. Sans parler de l'ampleur du mouvement pris à Charleroi. Alors, elle est furieuse et, pour Véronique Benoit, la porte-parole des TEC, " Le préavis a été déposé mais il ne correspond pas du tout au délai imparti pour déposer un préavis. Le conciliateur a fait son travail. Il a dénoncé ce préavis et l’a refusé. Et quand vous voyez que, malgré tout, la grève est maintenue, on reste sans voix. "

Du côté de la Société Régionale Wallonne du Transport qui gère les TEC, c’est le même discours : la procédure n'a pas été respectée. Et la SRWT annonçait dès hier après-midi son intention de prendre des sanctions contre la délégation CGSP des TEC Charleroi. Stéphane Thiéry, le porte-parole de la SRWT, est clair à ce propos : " Ce n’est pas une escalade. On a signé un contrat entre nous. Ce contrat définit, par une convention, la manière dont on résout les conflits ou la manière dont on arrête le travail. Donc, si une des deux parties ne respecte pas ce contrat, en adultes on va faire le constat et on va discuter ensemble de ce que l’on va faire et, notamment, des sanctions à appliquer. "

Pour l'instant, la CGSP maintient ses autres préavis prévus pour lundi prochain, le 18 mai, et pour le 28 mai.

Hugues Decaluwé, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK