Des règles encore plus strictes à Bruxelles pour l'utilisation des poneys et chevaux pour le divertissement

Des règles encore plus strictes à Bruxelles pour l’utilisation des poneys et chevaux pour le divertissement
Des règles encore plus strictes à Bruxelles pour l’utilisation des poneys et chevaux pour le divertissement - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Ils ont disparu des fêtes foraines depuis le 1er janvier 2019. Les poneys ne peuvent plus tourner en rond avec des enfants sur le dos dans des manèges à côté d’un stand de tir à la carabine ou d’une " pêche aux canards ".

La législation actuelle ne protégeait pas suffisamment les équidés et il est d’ailleurs facile de la contourner.

En revanche ces carrousels à poneys peuvent encore se retrouver sur les marchés ou les brocantes. Or le bien-être des animaux est mis en danger de la même manière selon le Bernard Clerfayt, ministre bruxellois du bien-être animal qui a décidé de durcir les règles. "La législation actuelle ne protégeait pas suffisamment les équidés et il est d’ailleurs facile de la contourner en remplaçant les poneys par des ânes ou en s’implantant sur un autre lieu qu’une foire. Soyons conscients que pour le divertissement du public, ces animaux tournent en rond jusqu’à l’épuisement et sont sujets à l’ennui", regrette Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du Bien-être Animal.

Les promenades également visées par la nouvelle ordonnance

Et désormais, la nouvelle législation visera, en plus des "carrousels", les promenades qui se déroulent notamment sur des marchés, manifestations ou fêtes foraines. Elles présentent également des risques d’atteintes au bien-être des animaux selon le ministre.

"Plus que jamais, nous devons repenser notre relation avec le vivant et avec les animaux. Souhaitons-nous véhiculer une image d’animaux-esclaves auprès de nos enfants ? Ou au contraire, considérer ces équidés de manèges comme des êtres sensibles ?", s’interroge Bernard Clerfayt.

Ce nouveau projet d’ordonnance doit encore passer les étapes du Conseil d’Etat et du Parlement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK