Des pièges photographiques pour "capturer" le loup près de La Roche-en-Ardenne

Des pièges photographiques pour "capturer" le loup près de La Roche-en-Ardenne
Des pièges photographiques pour "capturer" le loup près de La Roche-en-Ardenne - © Capture Youtube Alpes Pièges Photographiques

Il y trois mois, un mouton a été égorgé et dévoré dans une pâture de Bérismenil, près de La Roche en Ardenne . Peut-être une attaque de loup, ont conclu les experts du Réseau loup wallon, qui ont prélevé des échantillons de salive sur la carcasse pour trouver d'éventuelles traces d'ADN.

Ces échantillons ont été confiés à un laboratoire néerlandais. "Malheureusement, ce laboratoire n'a pas pu exploiter nos échantillons, commente Alain Licoppe, le coordinateur du Réseau. Impossible à ce stade de confirmer ou d'infirmer qu'il s'agissait d'un loup. Nous avons confié un troisième échantillon à un autre laboratoire. Mais nous n'aurons pas de résultats avant plusieurs semaines."

En attendant, le Réseau loup a décidé d'installer une dizaine de pièges photographiques dans la région de La Roche-en-Ardenne, qui concentre depuis deux ans le plus d'indices de la présence du loup.  

Les appareils, fixés à des arbres, se déclenchent automatiquement quand il détectent un mouvement ou un signal infra-rouge. "Nous avons choisi des endroits où le loup est susceptible de chasser, explique A Licoppe, typiquement des lisières entre la forêt et des prairies, là où on trouve du gibier. Mais il fallait aussi éviter, par respect de la législation sur la vie privée, des endroits où des promeneurs circulent. " 

A défaut de laisser des traces ADN dans la région, le loup laissera peut-être son portrait sur la carte numérique d'un appareil photographique. Mais la photographie ou la vidéo, souvent nocturnes, n'apporte pas le même degré de certitude qu'une preuve génétique.

"Entre chien et loup", dit l'expression, la différence est parfois très ténue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK