Des ours en peluche sur le billard à la "Clinique des Nounours"

Opération délicate au ventre pour le nounours d'Elias
Opération délicate au ventre pour le nounours d'Elias - © RTBF

Des ours en peluche soignés par des étudiants en médecine. Depuis ce matin et jusqu'à jeudi, des classes d'enfants de 4 à 7 ans viennent faire soigner leur nounours à la "Clinique des Nounours" sur le site de l'UCL à Woluwe-Saint-Lambert. L'idée, c'est d'aider les enfants à dédramatiser la visite chez le docteur et à mieux appréhender le monde hospitalier. Reportage

Jeanne, cinq ans et demi accompagne son doudou chez le médecin. Car depuis quelques jours " il ne sait plus bien respirer. Je crois qu’il a mal aux poumons ". Le docteur Clémence l'ausculte, lui prend sa température, le palpe. Verdict : début de bronchite. Jeanne est fixée et sait ce qu'elle doit faire. " Je dois lui donner des médicaments ". Le docteur Clémence précise : " du Perdolan et comme tu m’as dit qu’il ne savait pas bien respirer, je l’envois aussi à l’infirmerie pour faire des aérosols et chez un kiné pour quelques exercices respiratoires ".

Jeanne et son doudou continuent donc leur parcours au sein de la clinique. Une sorte de jeu rôle qui a pour but de rassurer les enfants. " Ça permet leurs permet de connaître ce qui se passe vraiment en consultation en étant autre chose que le patient " nous explique Clémence, étudiante en cinquième année de médecine et " nounoursologue " aujourd’hui. " Cela permet à l’enfant de mieux connaître le monde médical " rajoute Thomas Langelet du Pédiakot qui organise avec le Kot Libellule, cette " Clinique des Nounours ". " On leur explique vraiment tout ce monde hospitalier et en fait, on dédramatise des situations souvent anxiogènes, surtout pour les enfants ".

Le nounours d'Ilias a, lui, eu moins de chance. L'opération était inévitable. Direction donc le bloc opératoire. " J’essaye de soigner mon doudou " nous dit-il avec son masque sur la bouche et une sorte de scalpel entre les mains. " Il faut ouvrir ici " lui dit Robin, étudiant en 4ème année de médecine, qui l’assiste. Ensemble, il repère rapidement la cause des maux de ventres. " Un bonbon était calé dans l’estomac, mais ça y est, je l’ai sorti ". Fin de l'opération, et soulagement pour Ilias et Robin. Le doudou est guéri.

En tout près de 900 enfants vont aller faire soigner leur peluche ces trois prochains jours. Ils seront pris en charge par 450 étudiants comme Clémence et Robin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK