Manifestation d'opposants congolais à Bruxelles: retour au calme

Les forces de l'ordre n'ont pu empêcher certains casseurs de profiter de l'occasion pour se livrer à des actes de vandalisme.
3 images
Les forces de l'ordre n'ont pu empêcher certains casseurs de profiter de l'occasion pour se livrer à des actes de vandalisme. - © RTBF

Le calme est revenu peu après 20h dans le quartier de Matonge à Ixelles où ont eu lieu lundi après-midi, des échauffourées entre les forces de l'ordre et des sympathisants du candidat à l'élection présidentielle congolaise Etienne Tshisekedi. Plusieurs vitrines commerçantes des chaussées de Wavre et d'Ixelles ont été saccagées mais le bilan définitif des dégâts matériels n'est pas encore connu.

Des sympathisants du candidat à l'élection présidentielle congolaise Etienne Tshisekedi espéraient manifester leur mécontentement face aux résultats des élections congolaises, devant le siège du parti socialiste lundi après-midi. Ils n'ont pas pu être reçus en raison des négociations politiques relatives à la formation du gouvernement. L'"avortement" de cette manifestation a échauffé les esprits et déclenché les actes de violence. 

Les manifestants ont notamment brisé des vitrines dont celles du cinéma Vendôme situé sur la chaussée de Wavre où ils ont également retourné un véhicule sur le toit. 

Une manifestation non autorisée

Les organisateurs de cette manifestation voulaient dénoncer des fraudes électorales lors du récent scrutin. Une demande avait introduite le week-end dernier, mais ils n'avaient pas reçu d'autorisation officielle car elle avait été formulée trop tard. Malgré tout, quelques 300 personnes se sont rassemblées. Durant toute l'après-midi, elles ont défilés dans le haut de la ville, du côté de la Porte de Namur. 

Les premiers heurs ont éclaté en début d'après-midi lorsque les partisans d'Etienne Tshisekedi ont voulu manifester leur mécontentement devant le siège du parti socialiste lundi après-midi. Ils n'ont pas pu être reçus en raison des négociations politiques relatives à la formation du gouvernement. L'"avortement" de cette manifestation a échauffé les esprits et déclenché les actes de violence, selon la police qui faisait déjà état de trois blessés (un policier et deux manifestants). 

Les partisans de Tshisekedi ne décollèrent pas

Si la situation s'était calmée, aux alentours de 18h, un noyau dur de manifestants échauffés lançait des pavés et des projectiles en direction de la police ainsi que des vitrines de magasins. La porte du cinéma Vendôme a, notamment, été brisée. Un incendie de voiture a été également signalé. La police a alors procédé à plusieurs arrestations. 

Vers 18h45, une centaine de manifestants se déplaçaient toujours, en bandes dispersées, sur la Chaussée de Wavre, prêts à en découdre avec la police. Certains étaient occupés à ramasser des pavés en guise de munitions, tandis que d'autres projettent des poubelles vides dans les vitrines des magasins. Tous dénoncent "une Belgique qui soutient aveuglément le gouvernement corrompu de Kabila".

Le calme est revenu peu après 20h dans le quartier de Matonge à Ixelles.


C.B. avec D. Fontaine et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK