Des offres d'emploi sur le site du Forem comptent quelques arnaques

Le site du Forem a été utilisé par des escrocs pour y placer l'une ou l'autre annonce "bidon".
Le site du Forem a été utilisé par des escrocs pour y placer l'une ou l'autre annonce "bidon". - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Plusieurs personnes en ont été victimes dans la région de Mons. Elles auraient perdu quelques centaines d’euros à chaque fois. Le Forem a été mis au courant de la situation et conseille aux victimes de porter plainte.

Les personnes qui ont répondu à certaines annonces se sont vues d’abord proposer un premier rendez-vous au siège de l’entreprise. Au final, l’entretien a finalement eu lieu dans un bistrot...

Dès la première rencontre, on leur a demandé 200 euros pour des vêtements de travail. Et au moment de commencer leur "nouveau job", l'employeur bidon avait disparu, avec les 200 euros.

Les annonces sont contrôlées par le Forem mais certains arrivent toujours à pirater le système. "L’offre d’emploi arrive chez nous. On procède toujours à un contrôle via la banque carrefour afin de voir si l’entreprise existe bel et bien. Ce qui était le cas ici puisqu’il a utilisé les coordonnées d’une entreprise qui existe, déclare Catherine Roelants (au Forem de Mons). Ensuite, on téléphone à cette personne. A partir du moment où l’employeur répond de manière tout à fait cohérente, l’offre est diffusée."

Certains éléments permettent tout de même de mettre rapidement "la puce à l’oreille" quant au sérieux (ou non) d’une annonce. Des rendez-vous fixés hors entreprise, des documents manquants, des fautes d’orthographe, des logos mal utilisés… "Autant d’indices qui peuvent nous permettre de douter du sérieux de l’employeur. Ce qui est également important, c’est que les personnes nous fassent part de leurs doutes pour qu’on puisse investiguer rapidement."

Le Forem conseille d’ailleurs aux victimes de porter plainte et de signaler celle-ci au parquet de Dinant. C'est de là apparemment que viennent les escrocs.

Mariam Alard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK