Les syndicats du transport protestent contre de nouvelles mesures européennes

Les syndicats du transport manifestaient lundi matin au poste-frontière de Rekkem et bloquaient l'autoroute E17 en direction de la France. D'autres mobilisations étaient également signalées à Meer, Zonhoven et Maasmechelenn en Flandre.

Les routiers dénonçaient les plans de l'Europe sur les temps de conduite et de repos des conducteurs de poids lourds et de bus, ainsi que le dumping social dans le secteur. Ces actions ont pris fin peu après 09h00. 

Les dangers du paquet "mobilité"

Plusieurs chauffeurs de camion étaient ainsi mobilisés aux alentours de 07h30 lundi matin à la frontière franco-belge à Rekkem. Ils ont mené une action sur un parking avant de bloquer complètement l'autoroute E17. Au fil de la matinée, le barrage bloquant est devenu filtrant, plusieurs automobilistes ont été autorisés à passer.

Ils veulent informer les chauffeurs de poids lourds et de bus des dangers du paquet "mobilité" voulu par les autorités européennes qui vise à raccourcir les temps de repos des chauffeurs, et donc d'allonger leur présence sur les routes.

Les syndicats trouvent cela dangereux. "A Rekkem, nous allons informer de manière proactive les chauffeurs de poids lourds mais aussi les automobilistes sur les dangers de l'applications – si elles passent – de nouvelles législations européennes sur les temps de conduite et de repos, explique Roberto Parillo, président de la CSC Transcom. L'Europe veut diminuer le temps de repos des chauffeurs. En faisant cela, elle mettrait en danger la sécurité des chauffeurs et des citoyens."

"Mesures inacceptables"

"Une série de mesures inacceptables pour les syndicats du transport sont sur la table", a indiqué Birger Victor du syndicat socialiste UBT/BTB. "La réduction des périodes de repos augmente l'insécurité sur la route, d'abord pour nos chauffeurs mais aussi pour les autres usagers", a-t-il poursuivi.

Les camionneurs s'étaient également donné rendez-vous sur la E314 à Zonhoven ainsi qu'au poste-frontière de Maasmechelen. Là aussi, ils ont sensibilisé les chauffeurs de bus et camions en distribuant des flyers. Aucun barrage bloquant n'a été constaté, l'action n'a donc pas eu de grosses répercussions sur le trafic.

Au cœur de leurs préoccupations figure également le dumping social, qui sera facilité avec les nouvelles règles européennes, d'après les transporteurs. "Nous sommes en sous-effectif en Belgique car qui veut encore travailler 15 heures pour un salaire équivalent à 8 heures de travail en entreprise ?", déplore le routier Leo Vanstusteren. "Les chauffeurs sont surmenés au volant avec d'un côté la pression exercée par leur patron, de l'autre les routes trop souvent encombrées et enfin, l'exigence du client qui veut être livré à temps".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK