Des malversations au Foyer bruxellois?

RTBF
RTBF - © RTBF

Un audit a examiné la comptabilité de la période 2002-2004. Il révèle un manque de clarté et plusieurs irrégularités dans le service de facturation de cette société qui compte 2800 logements sociaux.

L'audit, réalisé suite à une plainte, a été rédigé cet automne par la SLRB, l'organisme qui chapeaute les sociétés de logements sociaux à Bruxelles. C'est un document confidentiel que la RTBF a pu examiner. La SLRB a reçu une plainte concernant le Foyer bruxellois. Elle a alors chargé un analyste d'éplucher toutes les factures du foyer pour 2002-2004, plus de 15 000 factures.

Un exemple: un fournisseur, le plombier principal du foyer à l'époque, a encaissé deux fois la TVA pour bon nombre de prestations, 539 en deux ans, c'est-à-dire un tiers de ses interventions. Ce mauvais calcul récurrent sème le doute: est-ce une fraude? Si oui, y avait-il complicité au Foyer? Comment le Foyer n'a-t-il rien remarqué? Au minimum il y a un manque de rigueur administrative. La moitié des factures présentent une irrégularité, souvent un dépassement non justifié du coût prévu pour les réparations, un dépassement important, 33% de surcoût total.

Qu'en dit le foyer bruxellois? Contacté, le directeur général de l'époque n'a pas souhaité communiquer. Le directeur actuel Michel Guillaume accepte et répond: la méthode de l'audit est boiteuse, un écart entre le coût estimé et la facture finale ce n'est pas anormal, c'est souvent inévitable. Mais il admet que les dépassements étaient était grands et fréquents. Aujourd'hui, dit-il, on contrôle plus.

La lecture de l'audit pose plusieurs questions: combien de temps cette gestion a-t-elle duré? Et quel poids a-t-elle eu sur les finances catastrophiques du foyer? Y a-t-il eu fraude?

La SLRB se donne le temps de lire la réponse détaillée du foyer, avant de décider s'il y a matière à porter plainte.

(M.S. avec Myriam Baele)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK