Véhicules polluants: dès ce lundi, vous risquez 350 euros d'amende en entrant en Région bruxelloise

La zone de basses émissions, c'est une réalité en région bruxelloise depuis tout juste 9 mois. Et à partir du lundi 1er octobre 2018, la période de transition est terminée. Cela veut dire que les sanctions vont tomber, si vous continuez à circuler avec un véhicule interdit dans la zone. 

2200 véhicules ont roulé en infraction cet été 

Cet été, environ 2200 véhicules ont été flashés par le réseau de caméras intelligentes car ils roulaient en infraction. Des véhicules DIESEL, immatriculés avant 1997 (de norme EURO 1 ou sans Norme EURO) et donc, jugés trop polluants. Depuis janvier dernier, ils ne peuvent plus circuler en région bruxelloise. 

S'ils continuent de circuler avec ces véhicules, les sanctions vont donc tomber. L'amende s'élève à 350 euros. Si le véhicule en question est flashé plusieurs fois, une nouvelle amende ne pourra être envoyée que 3 mois après la précédente. L'idée est de laisser le temps à la personne concernée de changer de voiture ou ses habitudes de déplacement. Cette première étape concernait en tout 2344 véhicules immatriculés en région bruxelloise. 

A partir de janvier, 19.000 véhicules concernés

Dès janvier 2019, la région bruxelloise va élargir le nombre de véhicules interdits. Il s'agira ici des véhicules DIESEL de norme EURO 2 ainsi que les véhicules essence sans norme EURO Et norme 1. Attention, cette fois, la période de transition sera de trois mois. Cela représente en tout 19.000 véhicules immatriculés en région bruxelloise. Leurs propriétaires seront informés par un courrier en novembre. 

Pour savoir si le vôtre est concerné, vous pouvez utiliser un simulateur sur le site www.lez.brussels. Il permet sur base de la plaque d'immatriculation de votre véhicule de connaître sa norme Euro. Et la date jusqu'à laquelle le véhicule pourra circuler au sein de la zone. D'ici 2025, l'interdiction sera étendue par étapes à d'autres catégories de véhicules.

Archive : JT 25/08/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK