Des jeunes Anglais à Mons pour mieux connaître leurs aïeux soldats

Nous avons rencontré deux descendants de soldats présents à la Bataille de Mons : Muriel Morgan et Ben Thomas.

Chez elle, Muriel Morgan sort les souvenirs de son grand-père comme on déballe un trésor. Des médailles sont rangées soigneusement dans une petite boîte métallique offerte aux soldats par la reine Marie. Il y a aussi des photos et des lettres notamment. " Mon grand-père était à la Bataille de Mons. Il a été blessé ce jour-là, le 23 août. Des montois l'ont recueilli mais il était si gravement blessé qu'après la retraite des Britanniques, ils ont dû le confier aux Allemands. Et il a été prisonnier jusqu'à la fin du conflit." Muriel a découvert tout cela très tard car le grand-père, Thomas Massy, ne lui a jamais parlé de la guerre. "D'une certaine façon le fait d'avoir été blessé, d'avoir été prisonnier de guerre, cela lui a sauvé la vie et il a dû culpabiliser car ses copains et ses amis sont morts."

Comme Muriel, Ben Thomas a fait des recherches sur son arrière grand-père Ernest. Le caporal Thomas était à Mons lui aussi et il est devenu célèbre pour avoir tiré le premier coup de feu de la guerre. Son arrrière-petit-fils en est assez fier.

Ben et Muriel viendront à Mons pour le centenaire de la bataille. Pour l'hommage et pour apprendre encore plus de choses sur ce qu'ont vécu leurs ancêtres.

Isabelle Palmitessa, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK