Des intérimaires remplacent les fermiers pendant leurs vacances

Dans la région de Frasnes, plus de 140 agriculteurs sont affiliés au Service de Remplacement Agricole
Dans la région de Frasnes, plus de 140 agriculteurs sont affiliés au Service de Remplacement Agricole - © Belga (illustration)

Certaines personnes exercent un métier qui exige une présence constante, comme par exemple les fermiers. Il existe à présent, pour eux, un service qui leur permet de se faire remplacer quand ils partent en vacances ou quand ils sont malades. Ce service, c'est le SRA, le Service de Remplacement Agricole. Dans la région de Frasnes, trois agents qualifiés tournent de ferme en ferme.

André Tonnelier remplace un agriculteur qui a pris quelques jours de vacances. Il vient ici matin et soir, principalement pour s'occuper du bétail, à savoir cinquante vaches qu'il a fallu apprivoiser.

''Le bétail ne nous connait pas. Le premier jour, la bête sent bien que ce n’est pas son propriétaire. Y’a rien à faire. Elle connait son maitre’’ déclare André.

Quand il a commencé au Service de Remplacement Agricole, il y a dix ans, André épaulait surtout des agriculteurs malades ou en incapacité de travail. Mais très vite, certains ont parlé de congés.

''Tiens, pourquoi on n’irait pas en vacances ?’’ a proposé un fermier. ''L’agriculteur intérimaire pourrait faire notre boulot. C’est venu comme ça, tout simplement. Si avant, on n’y pensait pas, je remarque que maintenant les agriculteurs vont en vacances comme les autres et finalement pourquoi pas ?’’ constate André.

Pour dix euros de l'heure, les agriculteurs peuvent donc faire appel à des agents qualifiés qui font tourner la ferme en leur absence. Et le boulot ne manque pas.

Brigitte Wargnier, secrétaire du Service de Remplacement Agricole de la région de Frasnes, explique : ''C’est indispensable, aussi bien pour les tâches quotidiennes comme le soin du bétail et la traite mais également pour les travaux saisonniers des champs. Il faut donc vraiment assurer la continuité, tous les jours. Quand il s’agit de bétail, il faut même être présent deux fois par jour pour traire les vaches.’’

Elle ajoute : ''c’est bien légitime pour l’agriculteur de faire un break et de s’octroyer quelques jours de vacances. Pendant les vacances d’été, surtout fin juin et début juillet, les demandes sont importantes. Je pense que ça vient du fait qu’il y a, aujourd’hui, tout un stress qui n’existait pas auparavant et qui fait que les agriculteurs ont besoin de souffler. Avant que ce service n’existe, il y avait plus d’unités de travail par exploitation. Il y avait notamment davantage de petites exploitations avec, dès lors, toujours un voisin ou de la main d’œuvre familiale pour venir donner un coup de main. Ce n’est plus le cas actuellement.

Rien que dans la région de Frasnes, plus de 140 agriculteurs sont affiliés au service.

Jérémy Giltaire

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK