Des Hennuyers dans l'équipe belge de la Homeless World Cup

Un des joueuses tournaisiennes et ses coaches
2 images
Un des joueuses tournaisiennes et ses coaches - © I. Palmitessa

Deux Tournaisiennes et un Mouscronnois sélectionnés pour une compétition internationale de football! Une compétition d'un genre un peu particulier puisqu'il s'agit de la Homeless World Cup qui se tiendra du 29 août au 5 septembre à Oslo, en Norvège.  Les équipes qui s'y affronteront sont composées de SDF ou de personnes qui vivent en maison d'accueil. Ils jouent au street soccer, du football de rue qui se dispute à quatre contre quatre sur un terrain barricadé.

En Belgique, il existe vingt-et-une équipes "Homeless", elles sont nées d'un partenariat entre des clubs de foot, des villes et des associations qui viennent en aide aux sans-abris.
 

Fin août à Oslo

73 pays participent à la Homeless World Cup. Dans les équipes belges (masculine et féminine, les Devils and Flames), la sélection des joueurs est faite. Parmi les sélectionnés, on trouve deux Tournaisiennes et un Mouscronnois. Nous avons rencontré deux d'entre eux lors d'un tournoi de la Belgian Homeless Cup, sur la plage d'Ostende. La première est Jessica Lefèvre. Cette jeune femme de 22 ans vit dans une maison d'accueil à Kain, le Chêne de Mambré. Représenter bientôt la Belgique dans une compétition internationale, ça fait quoi? Timide, Jessica laisse la parole à sa coach, Mélanie Laurent: "déjà, le fait de sortir de son propre pays c'est une belle occasion, représenter la Belgique, c'est gratifiant, pour l'estime de soi c'est un plus et les joueuses (Jessica et Stéphanie ndlr) en sortent avec une expérience, on les pousse vers l'extérieur et elles apprennent à voir autre chose."
 

Fabien Thyssen, 35 ans est sélectionné lui aussi. Quand il était à la rue, il a été aidé par Terre nouvelle à Mouscron, c'est là qu'il s'est remis au foot. Aujourd'hui, Fabian travaille: en trois ans, j'ai fait du chemin mais je joue toujours avec les Homeless, je m'entraine trois fois par semaine. Tant qu'ils m'accepteront, je continuerai".

C'est dans la philosophie des équipes Homeless, le fait de retrouver un logement n’entraine pas une exclusion de l'équipe, les joueurs peuvent continuer de faire partie de leur équipe. La démarche est à la fois sociale est sportive. Du sport sérieux, oui et non, explique Bruno Verstraede, coach tournaisien de l'équipe masculine Homeless: "Oui car c'est humain, quand on est sur un terrain, on a envie de gagner mais non parce que le résultat importe peu, le but est de créer du lien et d'amener les joueurs homeless dans un nouveau parcours de vie".

Les Belges ont-ils une chance de gagner à Oslo? Non! répond en riant Bert Ballegeer, coordinateur Belgian Homeless cup: "on va faire de notre mieux pour gagner la coupe du fair-play ou la coupe d'ambiance"

En attendant Oslo, les joueurs s'entraineront cet été, des hommes et des femmes qui oublient pendant quelques heures leurs problèmes en faisant du foot.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir