Des hébergements Airbnb échappent encore à la city taxe à Bruxelles

Des hébergements Airbnb échappent encore à la city taxe à Bruxelles
Des hébergements Airbnb échappent encore à la city taxe à Bruxelles - © MARTIN BUREAU - AFP

Depuis 2017, tous les hébergements touristiques bruxellois - airbnb compris - doivent s'enregistrer auprès de la Région et payer la city taxe. Il s'agit d'une taxe fixe (4 euros par nuitée) mise en place pour lutter contre la concurrence déloyale. L'an dernier, elle a rapporté pas moins de 23 millions d'euros à la Région, révèle la DH.  Problème: de nombreux hébergements type airbnb ne respectent toujours pas la réglementation bruxelloise.

"Ils ne s'enregistrent pas auprès des autorités et échappent à une série de règles, dont cette taxe", déplore Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la Brussels Hotels Association. "C'est une concurrence déloyale parce que cette réglementation avait pour but d'établir des règles pour tous les acteurs du même secteur. Aujourd'hui, il faut que les plateformes retirent les offres qui ne sont pas enregistrées et donc illégales", ajoute-t-il. 

1000 euros d'amende pour l'hébergeur 

Les autorités bruxelloises admettent de leur côté qu'elles n'ont pas vraiment les moyens de vérifier si tous les hébergements présents sur les plateformes sont en ordre. La Région bruxelloise veut ainsi forcer Airbnb à le faire lui-même, mais la plateforme bloque. Résultat: le dossier se trouve devant la Cour constitutionnelle.

"Tant que la Cour constitutionnelle n'a pas décidé que l'ordonnance bruxelloise est à 100% applicable, nous sommes un peu bloqués", explique Sven Gatz, ministre bruxellois des Finances. "Mais il est clair que soit l'ordonnance sera applicable, soit on envisagera une modification de l'ordonnance." 

Notons que si la Cour constitutionnelle donne raison à la Région bruxelloise, un hébergeur en infraction devra payer lui-même 1000 euros d'amende par unité de logement.
 

Reportage sur Airbnb du JT du 31 octobre 2018:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK