Des familles réclament une meilleure surveillance du cimetière d'Hornu

Ils ont manifesté ce mardi soir devant le cimetière d'Hornu
2 images
Ils ont manifesté ce mardi soir devant le cimetière d'Hornu - © DR

Des citoyens ont lancé une pétition pour réclamer plus de sécurité au cimetière d'Hornu.

Ils étaient une quarantaine à manifester hier sur place ce mardi soir, vers 18 heures.

Des familles qui en ont marre de voir disparaitre les fleurs et les décorations qu'elles déposent sur les tombes.

Je ne comprends pas comment on peut faire ça, voler des objets et des fleurs sous la photo de mon fils, c'est inhumain...

Youri Di Michele et Ophélie Degauquier se rendent chaque jour sur la tombe de leur fils de 14 ans, décédé il y a deux ans dans des circonstances tragiques. La tombe de ce jeune garçon raconte tout l'amour et le chagrin de sa famille. Une multitude d'objets, de cadeaux, de pensées, de fleurs y sont disposés avec soin. Alors, quand une main avide vient voler, arracher, jeter sur le côté ces petits présents, c'est une blessure terrible pour ces parents. "Ces objets ont pour nous une grande valeur sentimentale" - explique la maman. La semaine dernière, le père de famille s'est caché et a surpris une dame qui volait des fleurs. Il l'a interceptée et a appelé la police. Cette personnes était confuse, elle est décrite comme marginale. Mais les familles sont persuadées qu'il y a plusieurs auteurs de vols. Sans parler des dégradations fréquentes sur les véhicules stationnés sur le parking... racontent-ils.

Ces habitants de Boussu-Hornu réclament des caméras de surveillance, un éclairage pour le parking mais surtout la présence d'un gardien de la paix en journée. Les autorités communales sont bien au courant de cette situation et la déplorent fermement. Le bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève (PS) qualifie ces vols d'"abominables". Il nous explique qu'il n'y a plus de concierges mais que la commune a le projet d'en réinstaller. A Boussu-Bois par exemple. Et pour Hornu? Deux caméras mobiles seront installées le plus vite possible dans chaque cimetière. Elles sont commandées depuis des mois. Les autorités évoquent aussi la présence du fossoyeur. "Mais il n'est pas là en permanence" rétorquent les familles. Du côté de la police boraine, on annonce une multiplication des rondes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK