Des F1 aquatiques fendent les flots du canal Bruxelles-Charleroi

Moteurs hurlants, au milieu de la zone industrielle qui borde le canal Bruxelles-Charleroi à Seneffe, des bateaux touchent à peine l'eau et filent à plus de 100km/h. Quelques mètres plus loin, entraînés par les chevaux déchaînés, des skieurs sanglés pour plus de sécurité; la violence de la traction est trop puissante pour les bras des compétiteurs.

Les bateaux fendent l'eau dans cette compétition de ski nautique de vitesse: "Le but est d'aller le plus rapidement possible d'un point à l'autre sur un parcours mais ce qui est intéressant, c'est que ça ne dépend pas uniquement de la puissance des machines, décrit Raphaël Collet, organisateur du club nautique CNMT. Ici, ce sont les limites physiques des skieurs qui tiennent la baraque".

Cuisses et bêtes de courses

Un sport donc tout aussi athlétique que mécanique. Un travail d'équipe entre le skieur au cœur bien accroché, le talent du pilote, l'attention constante du copilote: "C'est énormément d'entrainement pour finalement peu de temps de course. Je cours, je skie, je m’entraîne constamment", explique le seul compétiteur wallon du jour, Marc Mossiat. "C'est un sport où il ne faut clairement pas avoir peur de la vitesse, impossible de gagner sans être un peu casse-cou!" justifie Chris Rydl, un pointure européenne qui a découvert le sport à 43 ans.

Il faut aussi des cuisses ultra-résistantes et des bateaux plus puissants qu'une formule 1: "Cela dépend des catégories, moi j'ai 150 chevaux mais un bateau extrêmement léger, explique Laurent Gimenez, venu spécialement su Sud de la France. Mais les F1, ce sont de véritables bêtes. Certaines dépassent les 100 chevaux, vont à 170km/h. Là c'est vraiment no limit!" En terme de prix également... certaines de ces fusées coûtent plus de 100 000 euros.

Le public ne s'y est pas trompé. Il était en tout cas rassemblé en masse sur les berges et les ponts enjambant le parcours. Les plus jeunes convaincu d'eux aussi piloter ou skier un jour. Au désespoir de leurs parents.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK