Des étudiants en architecture imaginent la chambre du futur au CHU de Liège

Baptiste Huchamt, Simon Makart, Céline Leroux, Elena Casalino et Riccardo Maria Giannelli, étudiants en architecture, imaginent la chambre du futur au CHU de Liège.
8 images
Baptiste Huchamt, Simon Makart, Céline Leroux, Elena Casalino et Riccardo Maria Giannelli, étudiants en architecture, imaginent la chambre du futur au CHU de Liège. - © Marc Mélon RTBF

A gauche, un lit d'hôpital de 1913. Au centre, un lit de 1970 et à droite, le lit du futur... Ces lits sont exposés dans la verrière sud du CHU de Liège jusqu'au 31 mai. Heureusement, l'environnement hospitalier a fortement évolué ces dernières décennies. Ce matin, des étudiants en architecture de l'ULg ont présenté les plans des nouvelles chambres évaluées à 200.000 euros. Il s'agit d'un exercice pratique. Fabienne Courtejoie, professeur à la Faculté d'architecture de l'ULg, explique: "Le CHU a proposé à la Faculté d'architecture de l'ULg de réfléchir au sujet de la chambre de demain, en respectant le bâtiment de l'architecte Charles Vandenhove. Les étudiants devaient tenir compte des contraintes qui sont liées au bien-être des patients et du personnel soignant pour améliorer l'environnement thérapeutique".

L'intimité et la lumière dans les chambres

Pour les étudiants, améliorer l'environnement des patients et des professionnels de la santé, c'est un travail passionnant qui a duré quelques jours. Baptiste Huchamt, étudiant en architecture à l'ULg, explique: "Lors de notre visite, ce qui était marquant, c'est que les patients se renvoyaient une image de "malade" étant donné qu'ils se voyaient les uns et les autres dans un univers où il y a peu d'intimité. Pour nous, il y avait aussi un autre aspect intéressant à exploiter, c'est la lumière naturelle qui peut vraiment aider à la guérison".

Tenir compte des préoccupations du personnel

Parmi les membres du jury, des membres du personnel sont venus à la rencontre des étudiants avec des préoccupations concrètes.  Le Professeur Bernard Lambermont, chef de clinique et responsables des soins intensifs médicaux, explique: "Pour nous, une préoccupation principale, c'est l'accès facile au patient, pouvoir circuler pour dispenser nos soins. Pour le patient, c'est aussi très important de pouvoir faire appel à l'infirmière en cas de détresse ou en cas de besoin".

Douleurs dorsales

Pour les infirmières, le travail est lourd. Elles doivent se maintenir en bonne forme physiquement tout au long de leur carrière. Virgine Baÿ, infirmière et responsable des services médicaux, explique: "Nous connaissons la problématique des maux de dos. Il est clair que lorsque vous avez trop peu d'espace pour circuler autour du patient, vous devez parfois prendre des positions qui ne sont pas correctes pour le dos. Nous avons une charge réelle. L'espace autour du patient est donc un point important pour pouvoir réagir de façon efficace dans toutes les situations". Et cela sans compter les distances parcourues par le personnel infirmier...

Pour les prochaines années et pour ses différents sites, le CHU de Liège a des projets de construction et de rénovation des chambres. Ses dirigeants vont tenir compte des idées des futurs architectes de l'ULg.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir