Des écoles secondaires débordées avec le tracing des élèves dans le Brabant wallon

Quelques jours seulement après la rentrée scolaire et les premiers cas de Covid-19 apparaissent dans les classes. Sauf que cette année, les écoles sont responsables du tracing des élèves en Fédération Wallonie-Bruxelles. Et certains établissements se disent déjà dépassés par les procédures.

Dans l'enseignement secondaire, l'école doit interroger les cas positifs au Covid-19 sur leurs contacts avec d'autres élèves. Une tâche qui s'avère plutôt complexe, selon Gregory Desmet, directeur du premier degré au Collège Cardinal Mercier à Braine L'Alleud, dans le Brabant Wallon.

"Dans le secondaire, il n'y a pas de classes homogènes. Donc il faut aussi aller voir du côté du groupe de sport, dans les options, dans les cours de langues". Pour un cas seulement, le directeur a dû mobiliser une éducatrice pendant une demi-journée. "Parce qu'après tout cela, il faut téléphoner aux parents, leur expliquer, envoyer les courriers, compléter des documents administratifs..."

Changement du protocole de tracing dans les écoles

Auparavant, les centres de promotion de la santé à l'école (PSE) s'occupaient de tracer les élèves positifs au Covid-19. Mais depuis le 7 septembre, une circulaire de la ministre de l'Education attribue cette responsabilité aux écoles. Le but est de permettre aux services de médecine scolaire de reprendre leurs missions de base: les visites médicales, la vaccination ou encore la prévention.

Mais du côté des directeurs.trices d'école, certains regrettent ce changement. "Ca nous détourne de nos autres missions: s'occuper de nos élèves, recruter des professeurs quand il en manque, gérer parfois des situations de crise suite aux inondations", explique Thomas Jadin, président de l'Association Directeurs Enseignement Secondaire Libre Bruxelles et Brabant Wallon.

Les écoles débordées demandent du renfort de personnel pour les aider à assumer ces nouvelles tâches. Elles craignent une flambée des cas de Covid-19 parmi les élèves et donc une augmentation de leur charge de travail. Le cabinet de la ministre de l'Education réagit en annonçant une consultation des différents acteurs à la fin du mois pour "fluidifier les choses".

Sur le même sujet...

JT du 16/09/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK