Des Compagnons Dépanneurs pour résoudre les petits problèmes domestiques

Ils sont appelés pour remplacer une serrure, colmater une fuite d'eau ou déboucher un évier
Ils sont appelés pour remplacer une serrure, colmater une fuite d'eau ou déboucher un évier - © Tous droits réservés

Une chasse d’eau qui fuit, un court-circuit dans la cuisine, autant de petits problèmes qui peuvent empoisonner la vie. Mais pour ceux qui ne disposent que de petits revenus, cela peut devenir une véritable hantise, d’autant que le recours à des corps de métiers professionnels peut les exposer à des interventions très onéreuses. Des bricoleurs bénévoles proposent toutefois de venir en aide aux plus démunis. Ils se rendent à domicile avec leur boîte à outils et moyennant une modeste contribution financière, réparent une porte d’armoire ou un luminaire défectueux.

Trouver des solutions pratiques et efficaces

Fondée il y a près d’un demi-siècle (quarante-neuf ans exactement), l’ASBL des Compagnons Dépanneurs compte aujourd’hui huit antennes régionales dans toute la Belgique. Peintures, réparations, montage de meubles, deux cents bénévoles, souvent des retraités débrouillards, sont mobilisés. Et parmi eux, Norbert Kirschfink. Lorsque nous le rencontrons, cet ancien ingénieur civil est en train de réparer la serrure d’Annunziato. Ce qui lui plaît dans cette activité ? "Réfléchir pour trouver des petites solutions, des solutions qui tiennent dans le temps. Du "Low tech" plutôt que la "High tech" pour résoudre des situations qui semblent désespérées". A la table de son petit studio d’Evere, en région bruxelloise, Annunziato confirme : "Ils sont débrouillards, et puis, pour trois petites réparations, cela ne me coûtera que treize euros".

"Beaucoup de gens ne peuvent se permettre de faire appel à des dépanneurs professionnels"

Norbert n’est pas venu seul. Ce jour-là, il travaille en équipe avec Patrice Leclercq, bénévole lui aussi. A la question de savoir si leur activité ne constitue pas une concurrence par rapport aux professionnels du secteur, il réfute vigoureusement. Le vrai professionnel va installer une cuisine, nous, nous faisons un petit dépannage. Si un robinet fuit, vous pouvez appeler un plombier mais beaucoup de gens ne peuvent pas se le permettre car ils dépendent souvent du CPAS ou du chômage. Nous n’aidons que les personnes avec de faibles revenus. Ici aussi Annunziato abonde. "Ces gens rendent d’immenses services, aux personnes âgées notamment". Preuve de ce succès, les demandes d’interventions auprès des compagnons dépanneurs augmentent chaque année. Mais il devient de plus en plus difficile d’y répondre favorablement. Car les bénévoles manquent. Et Norbert insiste. Même si vous n’avez pas de compétence particulière, peu importe, nous assurons la formation. Des activités qui ont un coût. Ce 11 novembre, les Compagnons Dépanneurs organisent d’ailleurs, à Saint-Gilles, une brocante à l’occasion de leur 17e Journée Portes Ouvertes. L’occasion d’acquérir des meubles rénovés par leurs soins et ainsi de financer leurs multiples activités.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK