Des citoyens devant le juge pour réclamer plus d'informations sur la pollution à Bruxelles

Des citoyens bruxellois qui trainent le gouvernement bruxellois en justice... Ce n'est pas banal!
Ce matin, la première audience avait lieu devant le tribunal de première instance. Les plaignants entendaient ainsi réclamer au autorités régionales des mesures plus énergiques pour lutter contre la pollution de l'air. Ils étaient là à titre personnel mais aussi, soulignent-ils, pour le bénéfice du plus grand nombre puisque c'est de santé publique qu'il s'agit. Karin de Schepper, est l'une de ces plaignantes "Personnellement, je suis asthmatique mais je ne suis pas la seule asthmatique à Bruxelles, ni même la seule mère de famille". A l'audience de ce vendredi, il était question des stations de mesure dans la capitale. Plusieurs de ces stations sont en panne, et notamment celles situées sur les artères les plus fréquentées de la région. Il faudrait donc que des instruments de mesure fonctionnels soient installés à ces lieux stratégiques, et que par ailleurs, les informations récoltées soient accessibles à tous.

"Un communiqué de presse ne suffit pas!"

Dans la salle, Liévin Chemin, partage les doléances de ces citoyens. Lui-même est membre du BRAL, le mouvement urbain pour Bruxelles, et il réclame aussi un air moins pollué et une meilleure information de la population. "Aujourd'hui, les médecins de famille, les directeurs d'école, les parents connaissent-ils vraiment les effets santé de ces polluants? Les citoyens ont le droit de savoir et les hommes politiques ont le devoir de "faire savoir". Il ne suffit pas de diffuser un communiqué de presse ou des rapports scientifiques. Il faut le faire de manière interactive et au besoin avec de nouvelles technologies".

Dans la salle pourtant, tout le monde souligne le signal positif envoyé par la Région lors de l'adoption de son plan "Air Climat Énergie" et salue sa mesure phare, la création d'une zone basses émissions où les véhicules diesel les plus polluants seront progressivement interdits. Mais pour ces citoyens inquiets, il faut aller plus loin et surtout plus vite.

A noter que dans leur combat, les cinq bruxellois sont soutenus par Client Earth, une ONG environnementale qui encourage des initiatives du même genre dans d'autres pays européens et notamment en Allemagne, en République Tchèque et au Royaume-Uni où ils ont obtenu une victoire significative en novembre 2016.

En ce qui concerne l'action en Belgique, la décision (partielle) du tribunal est attendue pour le 10 février.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK