Des citoyens de Pont-à-Celles se mobilisent contre des éoliennes

Illustration
Illustration - © rtbf.be - Daniel Barbieux

Le parc éolien de Pont à celles, exploité par la société ENECO, fonctionne depuis 2009. Huit éoliennes produisent de quoi alimenter chaque année 10 000 ménages en électricité. Mais les riverains se plaignent du bruit généré par les pales de ces éoliennes. Mardi soir, producteur, riverains, spécialistes et experts du son étaient réunis à Luttre pour en débattre.

Au cours de cette réunion citoyenne et démocratique, chacun a clairement livré sa position et ses craintes.

Parmi les huit éoliennes placées dans les campagnes de Luttre et Pont-à-Celles, certaines génèrent des nuisances. Et quand l'exploitant fait mine de vouloir augmenter sa capacité, les dents grincent. Car les riverains sont excédés. Pour eux, les éoliennes polluent car le bruit est une pollution. Elles sont, paraît-il, plus bruyantes qu'elles ne devraient l’être.

Alors, l'exploitant a fait un premier geste et bridé ses éoliennes en attendant de trouver avec ses concepteurs une solution durable. Carine Ramakers, d’Eneco, explique : " La campagne acoustique qu’on lance maintenant est une campagne de longue durée. Ca veut dire qu’on va avoir des mesures pendant une longue période. Cela va nous permettre d’affiner l’analyse et de déterminer, pour certaines conditions de vent, de vitesse de vent, d’orientation et de température, l’impact chez le riverain. Et, si nécessaire, on bridera. "

Pour certains riverains, ces éoliennes, apparemment paisibles, sont un véritable enfer. Un comité s’est constitué et ses représentants ont pu émettre leur avis mardi soir car la discussion semble possible. Olivier Content est l’un d’eux: " Cette nuisance a été relevée par le DPC, le Département de Police et de Contrôle de Charleroi. Il y a des mesures qui ont été relevées à 46,6 dB à 500 mètres. Imaginez-vous la gêne pour les riverains dans la vie de tous les jours. L’exploitant dit que ça ne fait pas beaucoup de bruit. Pour nous, toute gêne est maintenant insupportable parce qu’on attend déjà depuis pas mal d’années. "
Pour Christian Dupont (PS), le bourgmestre de Pont-à-Celles, il faut d’abord et avant tout respecter ses engagements : " Les nuisances sont là puisque les riverains disent qu’elles sont là. Ils ne les inventent pas. Donc il faut répondre à cette préoccupation qui est tout à fait légitime. L’avis du bourgmestre est qu’on doit garder la confiance et absolument faire en sorte que ce qui a été construit avec les habitants ne se retourne pas contre le projet lui-même et contre l’éolien en général. Hélas, on est peut-être dans ce cas de figure-là parce qu’on n’a pas pris à temps un certain nombre de mesures. "

Voilà pour le tour de table. Un acousticien est donc mandaté par le producteur Eneco pour effectuer des mesures et vérifier que les nuisances sont bien réelles. Il va travailler pendant au moins trois mois. Il faudra alors trouver une solution acceptable pour tous.


Luciano Arcangeli, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK