Les habitants du Gesù peuvent occuper l'église et le couvent légalement

L'église du Gesù, c'est cette façade rectangulaire un peu cubique de style art déco, située en face du Botanique, à Saint-Josse. Une église et un couvent désacralisés qui seront, à terme, transformés en hôtel. En attendant le début des travaux, une centaine de personnes a trouvé refuge ici, comme Adek, un artiste peintre. "Il y a beaucoup de familles de Slovaques qui sont là, avec pas mal d’enfants, témoigne-t-il. Sinon, il y a des Marocains, des artistes. C’est un mélange. Il y a une grande mixité, avec toutes sortes de personnes qui viennent par choix ou par obligation."

En un an et demi d'occupation, la vie s'est peu à peu organisée sur les sept étages du bâtiment. Les anciennes cellules des jésuites servent de logement. "On est chez Sonia. C’est bien installé. Ce ne sont pas des matelas par terre. Ils prennent soin de leur intérieur", assure Adek.

La convention, signée ce mercredi matin avec le propriétaire, éloigne la menace d'expulsion. Mais c'est aussi un premier pas vers l'insertion des familles les plus démunies. Tadzio, militant associatif du droit au logement, explique: "Pour les habitants, c’est une démarche administrative possible, avec la domiciliation. Donc, ils peuvent faire des démarches comme obtenir du travail, des aides sociales. L’idée plus générale, c’est que cette convention soit applicable pour d’autres."

Ce n'est pas la première régularisation d'une occupation temporaire de bâtiment vide, mais c'est un moment symbolique pour ces familles. D'autant plus qu'on estime qu'il y a entre 15 000 et 30 000 logements vides à Bruxelles.

Olivier Hanrion – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK