Des budgets supplémentaires pour lutter contre la précarité en Brabant wallon

Des budgets supplémentaires pour lutter contre la précarité en Brabant wallon
Des budgets supplémentaires pour lutter contre la précarité en Brabant wallon - © Belga

La lutte contre la précarité, l’urgence sociale et l’aide aux sans-abri. Des mots devenus réalité aussi en Brabant wallon. En dépit des clichés, la province francophone réputée assez aisée n’est pas épargnée par l’augmentation de la précarité. La province compte aussi un nombre croissant de personnes en difficulté, dont des personnes sans domicile fixe. Pourtant, rappelons-le une fois de plus, le Brabant wallon ne dispose pas d’abri de nuit pour les personnes sans abri. L’étendue de son territoire est un des éléments explicatifs. Il y en a d’autres.

Pour sortir de l’impasse, des tables rondes consacrées à l’urgence sociale ont été organisées en novembre. Elus communaux, provinciaux et acteurs de terrain ont identifié les besoins et réfléchi à différentes pistes de solutions. Parmi les idées retenues : la création d’un relais social qui permettrait de coordonner différentes actions sociales déjà concrétisées, en projet ou en réflexion. Les CPAS et les maisons d’accueil font partie de ce groupe de travail préparatoire.

Le nerf de la guerre

Pour améliorer ou compléter l’offre sociale existante, dont les centres d’accueil de jour, il faut davantage de moyens financiers. La Région wallonne planche actuellement sur le dossier en commission. Selon le cabinet de la ministre régionale de l’Action sociale, Christie Morreale (PS), des budgets supplémentaires pour lutter contre la pauvreté devraient être octroyés en 2020. On parle d’une augmentation de 200.000 euros pour la création et le soutien de structures d’accueil adaptées. Avec des moyens supplémentaires pour le personnel encadrant. Mais aussi de 350.000 euros pour le programme de réinsertion des sans-abri (programme "housing first").

Pour le député Ecolo tubizien Laurent Heyvaert, il faut maintenant passer à du concret. "La création d’un relais social subsidié par la Région permettrait d’agir avec les acteurs de terrain pour mieux répondre aux besoins spécifiques en Brabant wallon". Quant à l’idée de créer un seul lieu unique servant d’abri de nuit, le député n’y est guère favorable. Les professionnels de terrain nous l’avaient déjà dit, récemment. La province est grande. Et les déplacements des sans-abri pour rejoindre cet abri de nuit unique seraient trop importants et trop coûteux. La solution pourrait par exemple résider dans l'installation de lits dans plusieurs structures de jour déjà en fonction aux quatre coins de la province. Toujours en fonction des besoins.

Pour le député, il faut des solutions structurelles. "Il ne faut plus gérer la pauvreté, mais la combattre", conclut l’élu.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK