Des artistes marocains absents au festival Bruxelles/Africapitales faute de visa

Des artistes marocains absents au festival Bruxelles/Africapitales faute de visa
Des artistes marocains absents au festival Bruxelles/Africapitales faute de visa - © ATTILA SEREN - BELGA

La première édition du festival Bruxelles/Africapitales, organisée dès vendredi aux Halles de Schaerbeek, devra démarrer en l'absence de trois artistes marocains, faute de visa, déplore jeudi le directeur général des Halles, Christophe Galent. Ce dernier regrette "une accumulation des dysfonctionnements" quant à l'attribution de visas ces derniers mois. Du côté de l'Office des étrangers, on reconnaît que les délais ont été allongés en raison du nombre de demandes reçues durant l'été.

"Il est de plus en plus difficile d'obtenir des visas pour des artistes étrangers en Belgique, alors qu'ils circulent librement en Angleterre, en Espagne,... Ici, ça prend un temps fou. Et cela survient de manière récurrente ces derniers mois. C'est incohérent", dénonce Christophe Galent. "Cela finit aussi par être déconcertant et méprisant pour les artistes. La Belgique doit faire attention à l'image qu'elle fait passer. C'est incompréhensible."

Le groupe Kabareh Cheikhats, une troupe de 14 hommes habillés en femmes qui reprend le flambeau de ces chanteuses populaires marocaines et dont le concert est prévu vendredi soir, sera amputé de trois de ses musiciens, dont le percussioniste. "Cela reste un mystère pour nous. Pourquoi est-ce que 11 d'entre eux arrivent sans problème et que trois restent bloqués? ", poursuit Cathy Simon, directrice du pôle public des Halles de Schaerbeek. "Ils s'y sont pris suffisamment à l'avance et ce n'est pas la première fois, ni la première institution à qui cela arrive, alors que les institutions culturelles se portent garantes pour les artistes. On a frappé à toutes les portes."

Un autre problème se pose d'ailleurs pour un danseur nigérian, programmé lui pour le 15 octobre. Les organisateurs essaient dès lors de passer par la France pour obtenir un visa. "Ce problème de liberté de circulation des artistes est triste et désagréable pour tout le monde. C'est aussi irrespectueux pour eux, qui sont des artistes internationaux qui se produisent sur toutes les scènes du monde", conclut-elle.

"Ce n'est pas un secret, nous avons reçu un nombre très élevé de demandes de visas durant l'été, que ce soit pour des artistes, des étudiants, etc. Toutes sont urgentes. Les délais habituels ne sont donc pas respectés", réagit l'Office des étrangers par la voix de sa porte-parole, Dominique Ernould. L'instance indique qu'elle traite les demandes dans leur ordre d'arrivée. En été, le personnel fonctionne en effectif réduit, rappelle-t-elle encore. "Nous sommes conscients des dysfonctionnements et mettons tout en oeuvre pour trouver une solution. Du personnel a été déployé pour renforcer les équipes." L'Office des étrangers recommande, via notamment un message posté sur son site internet, d'introduire toute demande plusieurs mois à l'avance.

Le festival Bruxelles/Africapitales se déroulera, du 4 au 24 octobre, aux Halles de Schaerbeek. Les trois semaines seront rythmées par des moments et des activités très différentes: spectacles, projections, débats, marché de créateurs africains, humoristes, échanges participatifs rassembleront des artistes et des intervenants lors de plusieurs ateliers, tandis que les Halles se peupleront peu à peu d'œuvres plastiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK