Des allocations pour l'année scolaire 2016-2017 toujours pas versées

Joëlle attend toujours des nouvelles des allocations de ses beaux-enfants
Joëlle attend toujours des nouvelles des allocations de ses beaux-enfants - © S. Vandreck

Joëlle Cassart commence à perdre patience. Depuis février, cette Mouscronnoise attend des nouvelles de l’allocation d’études de 125 euros qui devrait être octroyée à Jason et Jefferson, qui terminent leur 4e année secondaire. Joëlle est la belle-mère des jumeaux. Chaque année, c’est elle qui effectue ces démarches, sans que cela pose de problèmes.

Pour cette année scolaire, ça a été un peu plus compliqué: "J’ai dû fournir l’avertissement-extrait de rôle de leur maman, qui vit désormais en France et n’a pas voulu donner le document. J’ai donc dû effectuer moi-même des démarches auprès de l’administration fiscale. Ils ont heureusement été compréhensifs et ont envoyé les renseignements par mail à l’administration. On nous a aussi demandé les revenus de mon propre fils, qui habitait encore chez nous et travaillait comme ouvrier, mais qui n’a aucun lien de parenté avec les jumeaux. Ces documents-là n’étaient pourtant pas demandés l’année dernière".

De nouvelles règles

Joëlle a été fort surprise par ces nouvelles demandes. Il est vrai qu’en octobre dernier, la législation concernant l’octroi d’allocations d’études a changé. Les conditions sont devenues plus strictes. Les revenus de toutes les personnes qui composent le ménage sont notamment prises en compte. Un casse-tête pour certaines familles, notamment pour les nombreuses familles recomposées, comme celle de Joëlle.

 Cette dernière a finalement pu réunir tous les documents pour les envoyer à l’administration en février. "Là, on m’a dit que c’était en attente. Et depuis, je ne parviens plus à contacter personne: les numéros sont surchargés. Ces sont des heures passées au téléphone, à envoyer des mails, qui n’aboutissent à rien!", constate-t-elle. A l’Administration générale de l’Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, on reconnait que la nouvelle législation rend les dossiers plus complexes à analyser et que les services ont dès lors accumulé des retards.

Des renforts ont cela dit été engagés pour régulariser la situation au plus vite. Jason et Jefferson pourraient donc encore recevoir leur allocation d’ici le 30 juin. Mais le temps presse: en juillet, il sera déjà temps d’introduire la demande d’allocation pour l’année scolaire prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK