Derniers piquets levés et reprise progressive du travail chez NLMK Clabecq

Les derniers piquets ont été levés jeudi après-midi chez NLMK à Clabecq
2 images
Les derniers piquets ont été levés jeudi après-midi chez NLMK à Clabecq - © RTBF

Une majorité d'ouvriers et d'employés ont repris le travail, déjà depuis hier après-midi, chez NLMK à Clabecq. Après presque 2 mois de grève et de blocage de l'usine, l'activité va pouvoir reprendre. Un redémarrage progressif et lent, vu qu'il faut relancer des outils, à l'arrêt durant de nombreuses semaines.

Les derniers ouvriers qui refusaient de reprendre le travail ont dû quitter leur campement et leur brasero ce vendredi. Une société de nettoyage a été mandatée par la direction de l'entreprise sidérurgique pour nettoyer les vestiges d'une occupation qui se laissera des traces dans la tête de nombreux ouvriers.

"On n'a pas eu le choix. C'est sous peine de C4 directement", explique l'un des ouvriers. Le travail a repris oui, mais pas forcément de gaieté de cœur pour certains ouvrier de NLMK Clabecq. "Le climat est pesant parce qu'on ne sait pas si on va rester ou pas", explique un autre ouvrier. D'autres encore se disent content de reprendre le travail même si pour beaucoup, l'avenir reste incertain. 

Un conflit loin d'être réglé

Même si l’usine reprend ses activités, le conflit entre le personnel et la direction est loin d'être réglé. L'intention du groupe est toujours de se séparer de 290 travailleurs, soit la moitié du personnel. Des discussions vont encore se tenir à propos du plan industriel et du plan social. Autrement dit, des négociations qui concernent les conditions de travail de ceux qui restent et les conditions de départ de ceux qui devront quitter l'usine. Un conseil d'entreprise extraordinaire était d'ailleurs toujours en cours, loin des regards, à Nivelles, ce vendredi après-midi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK