Dérapage raciste au SLFP Pompiers ? Les "bonobos" d'Eric Labourdette suscitent l'indignation du député bruxellois Hicham Talhi

Dérapage raciste au SLFP Pompiers ? Les "bonobos" d’Eric Labourdette suscitent l’indignation du député bruxellois Hicham Talhi
Dérapage raciste au SLFP Pompiers ? Les "bonobos" d’Eric Labourdette suscitent l’indignation du député bruxellois Hicham Talhi - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Y a-t-il eu des dérapages racistes sur les réseaux sociaux de la part de syndicaliste des pompiers de Bruxelles ? Le député bruxellois Ecolo Hicham Talhi estime que oui et exige des sanctions. Le député pointe plus précisément Eric Labourdette du SLFP. Il a récemment qualifié des parlementaires de " bonobo ". Lui se défend de toute intention raciste.

Quand on assimile des gens à des singes, quand on les animalise, c’est raciste.

Volontiers provocateur, Eric Labourdette est particulièrement actif sur les réseaux sociaux. Le 21 mai, en réaction à la vidéo de policiers pris à partie à Anderlecht il écrivait sur Facebook : " Curieux d’entendre la réaction des parlementaires BONOBOS !!! Ah non, jamais dans ce sens-là, ça n’attire pas de voix !! " Pour Hicham Talhi, député Ecolo, cette fois, cela va trop loin. " Pour moi, ce sont des propos racistes. Pour moi, quand on assimile des gens à des singes, quand on les animalise, c’est raciste ".

Eric Labourdette s’en défend. " J’ai dit les parlementaires. Je n’ai pas visé une personne de couleur, d’une race, de couleur ou de n’importe quoi. Et pour moi, le terme bonobo n’était pas assimilé à un singe mais plutôt au " tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ".

Une justification qui ne convainc nullement Hicham Talhi. " Qui va estimer que cette justification est suffisante ? Moi je m’interroge. Demain un journaliste écrit un article avec le terme bonobo pour qualifier des idiots. J’attends de voir les réactions. Pareil pour un homme politique ou pour un policier. Et puis ce n’est pas la première fois que des délégués SLFP du Siamu qui tiennent des propos problématiques. Il y a quelques semaines un autre syndicaliste a publié un commentaire avec le mot bougnoule ". Le député demande des sanctions.

Eric Labourdette dit n’en avoir jamais eu vent. Mais se dit prêt à intervenir comme dirigeant responsable. " Si j’ai connaissance de faits répréhensibles assimilés à du racisme de la part d’un délégué du SLFP sous ma responsabilité, après enquête et examen du dossier, son mandat lui sera retiré immédiatement. Je l’ai déjà fait ".

En attendant, ce sera bientôt au tour d’Eric Labourdette d’être entendu par le bureau permanent du SLFP après la plainte déposée par Hicham Talhi. La direction ne veut faire aucun commentaire avant que le dossier n’ait été instruit. La procédure peut aboutir à une sanction, jusqu’éventuellement l’exclusion du syndicat.