Dépôts clandestins: les agents de Bruxelles-Propreté verbalisent de plus en plus

L'année dernière, l’agence Bruxelles-Propreté a verbalisé à 560 reprises, contre 330 en 2015.
L'année dernière, l’agence Bruxelles-Propreté a verbalisé à 560 reprises, contre 330 en 2015. - © Tous droits réservés

L'année dernière, l’agence Bruxelles-Propreté a verbalisé à 560 reprises, contre 330 en 2015. Cela montre que trop de Bruxellois manquent encore de civisme.  Mais cela montre aussi que la Région et les communes partagent parfois le même objectif et cela devrait encore se renforcer à l'avenir.

A Etterbeek par exemple, un angle de la rue du Sceptre est bien connu pour attirer les dépôts clandestins. "On le constate tous les jours près des bulles à verre : on y retrouve des dépôts clandestins. Souvent petits, mais il arrive qu’ils soient assez importants (des matelas, des canapés, des téléviseurs…)", explique Marie-Rose Geuten, échevine de la Propreté.

Pour enrayer le phénomène, la commune d’Etterbeek fait de la prévention, sensibilise. Elle installera aussi bientôt des caméras de surveillance près des lieux sensibles.

A l'avenir, elle travaillera d’ailleurs de manière plus étroite avec l'agence régionale Bruxelles-Propreté. "Bruxelles-Propreté a proposé que ses agents puissent sanctionner. Nous avons accepté qu’une dizaine d’agents soient habilités à la faire sur notre territoire, ce qui renforce nos moyens."

En clair, ces agents assermentés pourront traquer toutes les incivilités qu'ils constateraient pendant leurs tournées en donnant des SAC, des sanctions administratives communales, et pas seulement pour des dépôts clandestins. "Déjections canines, urine sauvage, tags, jets de mégots…, précise Fadila Laanan (PS), la secrétaire d’État bruxelloise à la Propreté publique. Grâce au dispositif des SAC, les agents de Bruxelles-Propreté habilités par une commune pourront verbaliser."

Actuellement, sept communes ont déjà accepté le principe du jeu commun. D'autres pourraient suivre bientôt.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK