Dépôts clandestins: Welkenraedt et Amay vont investir dans des caméras de surveillance

De plus en plus de localités investissent dans des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets.
De plus en plus de localités investissent dans des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets. - © Flickr - ellbrown

Les dépôts sauvages de déchets aux abords des bulles à verres ou dans des petits recoins à l'abri des regards : un phénomène en recrudescence dans de nombreuses communes. La conséquence, c’est que de plus en plus de localités investissent désormais dans des caméras de surveillance.

C'est le cas de Welkenraedt où le conseil communal a voté fin de semaine dernière un budget pour l'acquisition d'une dizaine de ces petites caméras. Elles sont comparables à celles qui permettent notamment de répertorier les sangliers dans les bois. Sauf qu’ici, elles serviront à identifier ceux qui cochonnent la commune.

Dans cette localité, les dépôts clandestins ont augmenté mais aussi les abandons de sacs dans les poubelles publiques. En fait, le phénomène est en recrudescence depuis l'instauration du système à puces.

Amay a aussi voté une mesure semblable il y a quelques jours

8 caméras de surveillance seront bientôt installées, principalement près des bulles à verre. Dans cette commune, une dizaine de dépôts sauvages sont découverts chaque semaine.

Il faut le savoir, de telles caméras sont déjà opérationnelles dans certaines localités. C'est le cas à Beyne-Heusay depuis deux ou trois mois, et à Huy depuis près de deux ans.

Est-ce efficace ?

Moyennement à vrai dire car cette technologie légère ne permet pas toujours une identification nette et précise des auteurs ou des plaques d'immatriculation de leur véhicule.

A Huy, seules 3 ou 4 personnes ont été sanctionnées en deux ans de temps. Elles ont reçu des amendes administratives qui, sur le territoire huttois, peuvent grimper jusqu'à 350 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK