Déploiement de la 5G à Namur : "les questions de santé restent majeures" selon le bourgmestre

Maxime Prévot a lui aussi réagi au déploiement de la 5G sur son territoire, alors que d’autres bourgmestres en Brabant wallon se disent scandalisés de ne pas avoir été prévenus par l’opérateur. Le Namurois s’étonne qu’aucune concertation n’ait eu lieu en amont avec les autorités communales et appelle à une clarification.

Le président du cdH a expliqué avoir appris le déploiement du nouveau réseau par la presse. Il a invité les Namurois a l’accueillir avec "raison", sans laisser déborder l’émotion.

"Le procédé est cavalier", selon Prévot

"Tout n’est sûrement pas à jeter à propos de la 5G", a-t-il déclaré. "Cela peut être une opportunité. Mais le procédé de Proximus est cavalier et les questions de santé restent majeures. […] C’est la politique du fait accompli ! Nous n’avons aucun moyen d’informer adéquatement les citoyens, voire de les rassurer."

En outre, le bourgmestre s’interroge sur le procédé utilisé par Proximus pour déployer le réseau et les risques qu’il comporte pour la population. "Je demande à Proximus de faire rapidement la clarté sur ces légitimes interrogations ou craintes pour la santé de tous", a-t-il conclu, en appelant à réunion d’urgence en vidéoconférence avec l’opérateur.

Proximus a annoncé le déploiement, dès mercredi, du réseau 5G dans trente communes de Wallonie et de Flandre. La Région de Bruxelles-Capitale n’est pas concernée par l’opération pour l’instant, en raison de normes d’émission d’ondes plus strictes.