Ariqua Denis, 32 ans, désigné "chocolatier wallon de l'année" par le guide Gault & Millau

"Quand j’ai entendu mon nom, mon cœur battait à tout rompre, raconte Ariqua Denis. Quelle émotion ! Il me faudra plusieurs jours pour m’en remettre." Le jeune homme de 32 ans a lancé son atelier à Andenne il y a moins d’un an. "J’étais déjà très fier de figurer dès ma première année d’activité dans le guide parmi les 90 chocolatiers de Belgique. Mais recevoir le titre de "chocolatier wallon de l’année", c’est inespéré."

Une fontaine de chocolat

La passion de Ariqua Denis pour le chocolat remonte à l’enfance. "J’ai visité une usine de fabrication de chocolat à Eupen quand j’étais petit, lors d’une classe verte. J’ai été très impressionné par une fontaine de chocolat. Dans mon cerveau d’enfant, elle était haute de 2 mètres ! Et puis l’odeur… Ce jour-là, j’ai décidé d’être chocolatier."

Ariqua Denis réalise des études de boulanger-pâtissier chocolatier à l’Institut des techniques et des commerces agroalimentaires de Namur (ITCA). A peine diplômé, il décroche un premier boulot chez… Pierre Marcoloni ! "Je cherchais du travail, il cherchait un diplômé, je convenais… Un concours de circonstances favorable." Le jeune homme accumule de l’expérience et ajoute une ligne importante dans son CV.

"Un nouveau chocolat, je le goûte 15 jours d’affilée…"

Pendant une dizaine d’années, il va multiplier les rencontres et les expériences professionnelles, avant de lancer son propre atelier dans le centre d’Andenne. "Ce n’est pas Bruxelles ni même Namur, mais c’est une ville conviviale, et cela me convient." Le prix de l’immobilier commercial est aussi beaucoup plus accessible.

Sa palette d’artisan chocolatier, pour l’heure, reste assez classique. "Dans les ganaches j’adore travailler l’équilibre entre le chocolat et le goût de la praline, qui peut être le gingembre, la menthe, la framboise, le café… Je choisis aussi très soigneusement mes ingrédients. Un nouveau chocolat, avant de l’adopter, je vais le goûter pendant 15 jours d’affilée, à des moments différents de la journée, parce que le goût n’est jamais le même…"

Ariqua Denis mise aussi sur les produits locaux : "la menthe vient de mon jardin ; j’achète mon spéculoos au boulanger du coin…" Mais avec ce titre de "chocolatier de l’année", Denis Hariqua ressent désormais le besoin de créer une praline tout à fait originale, "une praline signature", comme on dit dans son jargon. "Après l’annonce de mon prix, j’y ai pensé toute la nuit, confie-t-il. Je vais y travailler dans les mois qui viennent…"

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK