Démographie: le "mystère Watermael-Boitsfort"

La commune compte des centaines de logements sociaux vides, comme dans la paisible et coquette cité-jardin floréal (photo)
La commune compte des centaines de logements sociaux vides, comme dans la paisible et coquette cité-jardin floréal (photo) - © RTBF

La commune fait office d'OVNI en Région Bruxelloise: alors que la population bruxelloise ne cesse de grandir à la vitesse "grand v", Watermael-Boitsfort conserve le même nombre d'habitants depuis 20 ans. En 1995, 24 543 citoyens étaient inscrits au registre de la population Boitsfortoise; 24 314 en 2005... et 24 454 en 2015. C'est la seule des 19 communes dont le nombre d'habitants a légèrement baissé. A titre d'exemple, la commune de St-Josse-Ten-Noode (comparable en nombre d'habitants), a, sur la même période, gagné 6000 habitants. Et la région dans son ensemble a fait un bond de 225 mille citoyens.  

Peu d'immeubles à appartements 

A Watermael-Boitsfort, le prix des maisons et des appartements et le coût des locations sont plus élevés que la moyenne régionale, mais d'une part elle ne fait pas office de commune record, et d'autre part, ailleurs, dans les autres quartiers chers, le prix de l'immobilier n'empêche pas les migrations entrantes. En fait, ce qui explique que peu de nouveaux habitants s'installent dans la commune, c'est davantage le paysage immobilier que son coût. Il suffit d'observer les rues pour se rendre compte que le bâti y est composé de maisons unifamiliales, il y a peu d'immeubles à appartements. "Beaucoup de propriétaires habitent leur logement et ne le quittent pas jusqu'à la fin de leur vie" explique Jan Verbeke, échevin de la population. "En plus, chaque année, le nombre de logements sociaux vides (en attente de rénovation NDLR) est un peu plus important. Ce qui veut dire, poursuit Jan Verbeke, que si tout était occupé, notre population serait plus importante aujourd'hui. On conserve la même population avec un parc immobilier réduit".

218 naissances pour 274 décès

La commune connait par ailleurs une croissance naturelle légèrement négative (on fait donc moins de bébés qu'il n'y a de décès). Avec 58 habitants perdus de ce fait en 2014, Watermael-Boitsfort, était d'ailleurs la seule commune bruxelloise dans le cas cette année-là. En Région de Bruxelles-Capitale, cette croissance naturelle est au contraire très positive. En 2015, re-belote: 274 Boitsfortois mouraient, alors que 218 bébés, seulement, montraient le bout de leur nez. L'explication de ce côté là est simple: Watermael-Boitsfort est la commune la plus âgée de la Région (au 1er janvier 2015, l'âge moyen des habitants y était de 42 ans et 6 mois, contre 37 ans et 5 mois pour l'ensemble des 19 communes).

Le paysage immobilier et la pyramide des âges expliquent donc pourquoi Watermael-Boitsfort n'a pas gagné un seul habitant depuis la naissance de la Région, en 1989. Une évolution que regrettent d'une manière les autorités communales (qui aimeraient accueillir davantage de nouvelles jeunes têtes). Mais c'est sans doute aussi ça qui permet à la commune de rester si paisible.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK